Jean-Vincent Placé quitte EELV

Europe Ecologie-Les Verts "c'est un astre mort", a déclaré Jean-Vincent Placé vendredi sur Europe 1. [KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Après le co-président du groupe à l'Assemblée François de Rugy, Jean-Vincent Placé, autre cadre du parti écologiste, a annoncé vendredi qu'il quittait à son tour Europe Ecologie-Les Verts, plus que jamais menacé de scission.

 

Placé, président du groupe écologiste au Sénat, a expliqué son choix sur Europe 1. Europe Ecologie-Les Verts "c'est un astre mort, une structure morte qui donne aujourd'hui une vision caricaturale et politicienne de l'écologie", a-t-il notamment dénoncé.

Dans une tribune parue la semaine dernière, Jean-Vincent Placé avait dénoncé, aux côtés notamment de François de Rugy, Denis Baupin et Barbara Pompili, "les alliances avec la gauche protestataire" au "risque de détruire l'écologie politique".

 

"EELV dans une dérive gauchiste"

"EELV se fourvoie dans une dérive gauchiste, comme François de Rugy l'a indiqué", a également déclaré le sénateur de l'Essonne, qui s'en prend lui aussi aux alliances passées avec le Front de gauche dans certaines régions avant les élections régionales (6 et 13 décembre).

"En Nord-Pas-de-Calais-Picardie, en Provence-Alpes-Côte d'Azur, on voit quand même évidemment le péril Front national, le péril de l'extrême droite, le danger par rapport à la famille Le Pen, il y a aussi la droite qui est là, MM. Bertrand et Estrosi --mais je ne confonds pas les deux--, et la seule réponse que nous faisons, c'est de dire nous allons faire un accord politique, on ne sait même pas pourquoi, avec l'extrême gauche", a-t-il dénoncé depuis La Rochelle où le PS entame vendredi son université d'été.

 

Contre une candidature EELV en 2017

"Bien sûr que non", les écologistes ne doivent pas présenter une candidature à l'élection présidentielle de 2017, a-t-il réaffirmé, martelant sa ligne constante. Les idées écologistes "ne peuvent pas être portées par une candidature croupion qui ferait 1 ou 2%", a-t-il dit.

Avec M. de Rugy, mais aussi le Front Démocrate et Génération Ecologie dont M. Placé a assisté aux "rencontres d'été" communes jeudi à La Rochelle, le sénateur de l'Essonne entend "animer l'écologie réformatrice qui assume la mondialisation, qui est pour l'Europe fédérale, qui aime la République, qui aime la laïcité, qui bien sûr s'inscrit dans l'économie de marché et veut bien sur faire changer les choses".

 

Vous aimerez aussi

Jean-Vincent Placé le 11 juillet 2018 lors d'une audience au tribunal de Paris [JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives]
Justice Violences et outrages : Jean-Vincent Placé condamné à trois mois de prison avec sursis
L'ex-secrétaire d'Etat Jean-Vincent Placé le 11 juillet 2018, jugé en correctionnelle pour "violences, injures à caractère racial et outrage à agents" après une nuit mouvementée en avril dans un bar parisien [JACQUES DEMARTHON / AFP]
Justice Violences et outrages : 6 mois avec sursis requis contre Jean-Vincent Placé
Justice Jean-Vincent Placé devant le tribunal correctionnel

Ailleurs sur le web

Derniers articles