Régionales : les Républicains-UDI distancent le FN et le PS

Les présidents de l'UDI Jean-Christophe Lagarde (2e à d) et de l'UMP Nicolas Sarkozy (4e à g) à Paris le 30 mars 2015 [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives] Les présidents de l'UDI Jean-Christophe Lagarde (2e à d) et de l'UMP Nicolas Sarkozy (4e à g) à Paris le 30 mars 2015 [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

Les listes Les Républicains-UDI recueillent 30% des intentions de votes au premier tour des élections régionales, distançant le FN, crédité de 26%, le PS arrivant troisième avec 23%, d'après un sondage Elabe pour le site Atlantico publié samedi.

 

A la question: "si le premier tour des élections régionales avait lieu dimanche prochain, pour laquelle des listes suivantes voteriez-vous ?", 30% des personnes interrogées (+3 par rapport à début octobre) s'orientent vers les listes LR-UDI, devant le FN avec 26% (=) et le PS avec 23% (+0,5). Derrière, aucune autre liste ne dépasse les 10% d'intentions de vote. EELV obtient 8,5% (=), devant le Front de Gauche, à 5% (-1), et le parti de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France, à 3% (=). Aux régionales, une liste peut fusionner avec une autre si elle obtient au moins 5% des suffrages exprimés et se maintenir au second tour si elle fait plus de 10%.

Au total, l'ensemble de la gauche comptabilise 38% (-0,5) des intentions de vote exprimées, devant l'union de la droite et du centre avec 33,5% (+2, en additionnant les listes LR-UDI, MoDem et Debout la France). Le sondage établit un rapport de forces national, qui ne permet pas une analyse des intentions de vote par région. S'agissant de la participation, 40% des personnes interrogées se disent "tout à fait certaines d'aller voter" au premier tour, le 6 décembre.

Sondage réalisé par internet les 13 et 14 octobre auprès d'un échantillon de 972 personnes inscrites sur les listes électorales, lui-même issu d'un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

À suivre aussi

Evo Morales, qui s'est dit menacé, était à bord d'un avion militaire mexicain dans la nuit de lundi à mardi pour rejoindre le Mexique où il a obtenu l'asile.
Politique Bolivie : Evo Morales a fui son pays pour le Mexique
Photo de la présidence bolivienne représentant le président Evo Morales lors d'une conférrence de presse le 9 novembre 2019 à El Alto. [Freddy ZARCO / Bolivian Presidency/AFP]
crise politique Bolivie : le président Evo Morales a annoncé sa démission
Municipales 2020 Police municipale armée, baisse du prix des cantines... Rachida Dati dévoile ses priorités pour Paris

Ailleurs sur le web

Derniers articles