Qu'est ce que le «bouclier de sécurité» voulu par Valérie Pécresse ?

Valérie Pécresse.[BERTRAND GUAY / AFP]

Cible de railleries sur les réseaux sociaux, l’annonce du déploiement d’un «bouclier de sécurité» par Valérie Pécresse suite à sa victoire dimanche 13 décembre au deuxième tour des élections régionales en Île-de-France, n’est en réalité qu’une somme de mesures détaillées par la candidate UMP dans son programme électoral.

Au nombre de sept, elles sont au cœur de l'arsenal sécuritaire préconisé par Valérie Pécresse tout au long de la campagne qu’elle a menée dans le cadre des élections régionales. Voici, point par point, ce que comporte le «bouclier de sécurité» :

- De nouveaux équipements pour les forces de l’ordre

- La vidéo-protection généralisée et la création de portiques de sécurité

- Le licenciement des salariés radicalisés dans les services publics

- L’augmentation des effectifs de la police régionale des transports

- L’interdiction des transports pour les multirécidivistes

- La sécurisation des lycées (avec la mise en place des tests anti-drogue)

- Le cofinancement de nouvelles prisons et de centres de déradicalisation

D’avantage que le contenu propre de ce volet du programme, c’est le terme de «bouclier de sécurité» choisi par l’équipe de Pécresse pour englober ces mesures, qui a suscité les moqueries des internautes. Certains allant même jusqu’à le comparer au Dôme de fer, le système de défense aérienne israélien mis en place pour lutter contre les attaques de roquettes.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles