Trump "dégoûté" par l'idée d'Hillary Clinton aux toilettes

Donald Trump s'est aussi lancé dans des allusions vulgaires entre le président Barack Obama et Hillary Clinton.[SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Donald Trump a encore fait des siennes. Cette fois, le candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine s’est personnellement attaqué à Hillary Clinton, confessant son écoeurement à l'idée que la candidate démocrate ait besoin d'utiliser des toilettes.

Lors d’un meeting dans la soirée du lundi 21 décembre à Grand Rapids dans le Michigan, Donald Trump a raconté aux milliers de partisans présents une anecdote totalement vide de sens. L’avant-veille, alors qu’il suivait le débat en direct des trois candidats démocrates, il s’est aperçu qu’Hillary Clinton est arrivée quelques secondes en retard à son podium après une pause publicitaire. « Je regarde le débat et elle disparaît, où est-elle allée ? » a lancé le milliardaire. « Je sais où elle est allée, c'est dégoûtant, je ne veux pas en parler », a-t-il poursuivi, avant de surenchérir : « Non, c'est trop dégoûtant. Ne le dites pas, c'est dégoûtant, n'en parlons pas ».

Des propos injurieux et sexistes

Donald Trump s'est aussi lancé dans des allusions vulgaires sur le président Barack Obama et Hillary Clinton, qui furent adversaires aux primaires démocrates de 2008. « Elle allait le battre, elle était la favorite mais elle s'est fait mettre, elle a perdu », a-t-il déclaré. Le verbe exact qu’il a prononcé était en réalité « schlonged », un mot d'argot très vulgaire faisant référence à un pénis. Des propos sexistes qui ne sont pas sans rappeler son attaque envers Megyn Kelly, une journaliste de Fox News qui avait, selon lui, été beaucoup trop pugnace envers lui : « On pouvait voir du sang sortir de ses yeux, du sang sortir de son... où que ce soit ».

Pour comprendre le personnage, il faut savoir que Donald Trump a la réputation d'avoir la phobie des microbes. Dans son livre « The Art of the Comeback », il confesse être « un fanatique des mains propres». En voici un passage : « Rien ne me choque plus que de dîner dans un bon restaurant et d'avoir un type qui sort des toilettes, peut-être sans s'être lavé les mains, me reconnaît et se précipite pour me serrer la main à ma table. »

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles