Les propos de Laurence Rossignol sur les «nègres» et le voile font polémique

La ministre a reconnu "une faute de langage". [FRED DUFOUR / AFP]

Laurence Rossignol, ministre des Droits des femmes est au cœur d’une vive polémique depuis mercredi matin pour avoir fait un parallèle entre les femmes qui portent le voile et les «nègres» qui étaient favorables à l’esclavage.

Lors de cette interview sur RMC, la ministre dénonçait les marques de vêtements qui développent des lignes «pudiques», dont des voiles, à destination des femmes musulmanes. La situation a dérapé lorsque le journaliste Jean-Jacques Bourdin lui a fait remarquer que certaines femmes «choisissent» de porter de telles tenues : «Mais bien sûr. Il y a des femmes qui choisissent, il y avait aussi des nègres américains qui étaient pour l’esclavage», lui a-t-elle répondu.

A lire aussi : Le port du voile par une adjointe au maire d'Argenteuil fait débat

Ce paralèle et l’utilisation du mot «nègre» ont déclenché de nombreuses réactions sur Twitter, les internautes dénonçant le racisme des propos de Laurence Rossignol.

Une pétition réclamant des sanctions à l’encontre de la ministre a également été lancée sur la plateforme Change.org. «Interpellée sur le faux débat de la mode islamique, elle a tenu des propos scandaleux alimentant les amalgames et les stigmatisations visant les femmes musulmanes et les millions de déporté-e-s de l’esclavage», soulignent les iniateurs de cette pétition.

De son côté, Laurence Rossignol a expliqué au site BuzzFeed avoir employé le mot «nègre» uniquement «en référence à l’ouvrage abolitionniste De L’esclavage des nègres de Montesquieu». Face à l’ampleur de la polémique, la ministre a reconnu quelques heures plus tard à l’AFP «une faute de langage». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles