Qui a été le premier président de la République ?

Louis-Napoléon Bonaparte a été élu président de la République en 1848. [DR]

La France élira le 7 mai prochain son vingt-cinquième président de la République. Bien avant lui, le tout premier représentant de l'Etat a pris ses fonctions en 1848. Son nom ? Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier.

Napoléon III, alias Louis-Napoléon Bonaparte, est né à Paris le 20 avril 1808 dans une famille bercée par le mythe napoléonien et passe sa jeunesse à voyager entre l'Italie et la Suisse, sa mère ayant été accusée d'avoir orchestré le retour de Napoléon Ier au pouvoir, en 1818. Très tôt, Louis-Napoléon a des envies de politique.

Louis-Napoléon Bonaparte élu au suffrage universel masculin

Il tente d'ailleurs à deux reprises de se faire proclamer empereur et de renverser Louis-Philippe, le souverain en place, à Strasbourg en 1836 puis à Boulogne, en 1840. A la suite de ce dernier échec, il est enfermé à Fort de Ham, où il purge sa peine d'emprisonnement à perpétuité. Mais Louis-Napoléon parvient en s'enfuir et trouve alors refuge à Londres, où il prend le temps d'affiner sa vision de la politique.

A lire aussi : Le crépuscule de Napoléon au musée de l'armée

Le contexte lui est bien plus favorable à compter de 1848. La France, qui sort d'une crise économique importante, est marquée par un soulèvement révolutionnaire au mois de février. Louis-Philippe est alors contraint d'abdiquer et un gouvernement provisoire est instauré au début de l'année. Mais, alors que la Constitution de la IIe République est promulguée en novembre, les conservateurs s'imposent sur la scène politique. 

Conséquence : le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte est élu au suffrage universel masculin, face à Louis-Eugène Cavaignac. Soutenu par le parti de l'Ordre, le neveu de Napoléon Ier est très conservateur. Souhaitant s'assurer une réélection, il tente, en 1850, de réformer la Constitution, avant d'être bloqué dans ses ambitions par l'Assemblée, majoritairement monarchiste.

De la République à l'Empire

Louis-Napoléon Bonaparte décide alors de dissoudre la Chambre par un coup d'Etat, dans la nuit du 1er au 2 décembre 1851. La date n'est pas choisie au hasard, puisque le 2 décembre a une forte connotation pour les bonapartistes : il s'agit de l'anniversaire du sacre de Napoléon et de la bataille d'Austerlitz. 

Cette nuit-là, les chefs de l'opposition sont emprisonnés et l'armée met fin à toute tentative de rebellion, y compris en province. Au total, 10.000 personnes sont transportées en Algérie, 10.000 sont bannies et 80 figures nationales, telles que Victor Hugo, Adolphe Thiers ou encore Edgar Quinet sont contraintes à l'exil. 

A lire aussi : Une expo sur la vie de Napoléon en Légo

Le coup d'Etat est finalisé par le plébiscite des 21 et 22 décembre, qui donne à Napoléon III les pleins pouvoirs. Ce dernier établit alors une Constitution, promulguée le 14 janvier 1852 et mettant fin à la IIème République. Il faudra alors attendre la fin du second Empire et l'avènement de la IIIème République, en 1870, pour que la France élise son deuxième président, Adolphe Thiers.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles