Pour Jean-François Copé, un pain au chocolat coûte 15 centimes

Jean-François Copé est candidat à la primaire de la droite et du centre. [AFP]

Jean-François Copé est fâché avec les pains au chocolat. Le candidat de la primaire de la droite et du centre a estimé ce lundi sur Europe 1 que le prix de la viennoiserie se situait «aux alentours de 10 à 15 centimes». 

C'est un auditeur de la radio qui a posé la question à Jean-François Copé, faisant ainsi allusion à la polémique qu'avait provoqué ce dernier en 2012, en évoquant l'histoire d'un collégien qui se serait fait «arracher son pain au chocolat» par de jeunes musulmans au motif «qu'on ne mange pas au ramadan». 

A lire aussi : Primaire de la droite : le programme de Jean-François Copé

Un prix dix fois supérieur

Jean-François Copé a donc répondu à la quesiton de l'auditeur en évoquant un prix dix fois inférieur à celui auquel est vendu le pain au chocolat dans la plupart des boulangeries, soit entre 1 et 1,50 euros. Le prix de 15 centimes qu'a avancé le député-maire de Meaux correspond à la rigueur à celui des pains au chocolat industriels les moins chers vendus par lots dans les supermarchés. 

Le candidat à la primaire, une fois mis au courant du véritable prix de la viennoiserie, a tenté de justifer son chiffre en affirmant que ce dernier «dépendait de la taille», avant de reconnaître qu'il s'était trompé. «Je suis loin du compte. Je ne vais pas en acheter souvent, c'est un peu calorique», a-t-il expliqué. 

Cette «bourde» de Jean-François Copé a évidemment été commentée sur Twitter. 

L'erreur de Jean-François Copé rappelle celle commise en 2012 par Nathalie Kosciusko-Morizet, alors candidate à la mairie de Paris, qui avait estimé le prix du ticket de métro à 4 euros, au lieu de 1,70 euro. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles