A Bordeaux, Macron tente de rabattre vers lui des électeurs juppéistes

Emmanuel Macron en meeting à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017 [MEHDI FEDOUACH / AFP] Emmanuel Macron en meeting à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017 [MEHDI FEDOUACH / AFP]

Fort de sondages flatteurs, Emmanuel Macron poursuit jeudi sa campagne à Bordeaux, fief d'Alain Juppé, avec l'espoir de rabattre vers lui des électeurs juppéistes déboussolés par l'affaire Fillon, «un électorat qui se cherche» selon lui.

La renonciation définitive d'Alain Juppé lundi à jouer les «plan B» d'un François Fillon pris dans l'affaire des emplois présumés fictifs dans sa famille a laissé ouvert un espace au centre dans lequel le candidat d'En Marche! espère s'engouffrer. «C'est important de parler à cet électorat qui se cherche, de centre droit et de droite, et ne se reconnaît pas dans l'offre réactionnaire et opportuniste» de François Fillon, a déclaré M. Macron jeudi dans le TGV le conduisant à Bordeaux.

Emmanuel Macron en meeting à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017 [Mehdi FEDOUACH / AFP]

Photo

ci-dessus
Emmanuel Macron en meeting à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017

 

«Moi, j'ai une offre moderne et réformiste qui tient les équilibres», a plaidé l'ancien ministre de l’Économie. Emmanuel Macron devait tenir en début de soirée un meeting à Talence (Gironde), en proche banlieue bordelaise, dans une salle où se massait plus de 1.500 sympathisants au début. Des affiches du candidat Macron dissimulaient des dégâts attribués à «un groupe extrémiste» non identifié, qui a brisé plusieurs vitres et tagué des slogans hostiles.

S'il était prévu avant la renonciation définitive d'Alain Juppé, ce déplacement tombe à pic pour labourer les terres orphelines du maire de Bordeaux. «Les juppéistes, on en a déjà beaucoup. S'il y en a d'autres qui veulent venir, on a rien contre», affirme un membre du premier cercle macronien. Quant aux cadres, «on leur parle, ils ont bien compris qu'ils s'étaient fait purger» de la campagne Fillon, ajoute le même.

Sur place, Claire, retraitée, explique : «Si Juppé s’était présenté, j’aurais voté pour Juppé, mais bon vu les circonstances (...) finalement ils ont un programme qui se ressemble un peu, l’idée d’ouverture, c’est un peu commun aux deux»

«Ligne» Juppé perdue chez LR

Pour l'heure, le seul ralliement juppéiste officiel se résume à l'élue régionale francilienne LR Aurore Bergé. Mais plusieurs membres de l'équipe de campagne d'Alain Juppé sont «en cours de transfert», même s'il ne s'agit pas encore de poids lourds, selon des sources concordantes dans l'équipe Macron.

Emmanuel Macron avec ses partisans à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017 [Mehdi FEDOUACH / AFP]
Photo

ci-dessus
Emmanuel Macron avec ses partisans à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017

 

Sens commun, mouvement chrétien-conservateur issu de la Manif pour tous qui soutient M. Fillon, «a fait de l'entrisme méthodique au sein des Républicains. A partir de là, je savais que la ligne d'Alain Juppé allait perdre tous les arbitrages programmatiques et d'investitures. Cela ne nous permettait plus de peser sur la ligne du parti», justifie un juppéiste récemment rallié.

Après le ralliement de Bertrand Delanoë, figure populaire du centre gauche, l'équipe Macron espère engranger rapidement d'autres soutiens, en premier lieu celui du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. «Les ralliements ne nous engagent pas ! Seul le Drian peut avoir un traitement spécifique car il est dans un rôle régalien très particulier et que la France est en lutte», justifie un proche du candidat.

Emmanuel Macron embrasse sa femme Brigitte Trogneux avant son meeting à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017 [MEHDI FEDOUACH / AFP]
Photo

ci-dessus
Emmanuel Macron embrasse sa femme Brigitte Trogneux avant son meeting à Talence près de Bordeaux le 9 mars 2017

 

Le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a de nouveau appelé les socialistes «tentés par Macron» à «garder leur sang-froid». Et Bernard Cazeneuve a rendu visite jeudi au QG du candidat socialiste Benoît Hamon, fragilisé par les doutes de certains hiérarques PS. Le Premier ministre s'est lui aussi rendu à Bordeaux, pour un discours sur la justice, puis une cérémonie de signature de financements public, au côté... d'Alain Juppé, après un bref entretien à la mairie.

Selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions publié jeudi matin, Emmanuel Macron passe en tête des intentions de vote au premier tour, à 26%. Il y devance Marine Le Pen (25%, stable), puis François Fillon (20%, -1 point).

Au second tour, l'ex-ministre de l’Économie l'emporterait largement sur la présidente du Front national, avec 65% des voix (+5%) contre 35% (-5%). La proportion de Français sûrs de leur choix de vote est cependant bien moindre pour Emmanuel Macron que pour Marine Le Pen ou François Fillon. «Oui, les sondages c'est important, mais il nous faut rester mobilisés. On ne gagnera pas seulement par Facebook», a lancé au meeting Arnaud Leroy, député PS rallié à M. Macron.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles