21 octobre : Sainte Céline

Représentation du miracle de Sainte Céline (gravure peinte, 1858, fonds iconographiques de la bibliothèque diocésaine Guillaume Briçonnet, Meaux) [DR]

En ce jour, nous fêtons deux Céline. Elles vécurent au même siècle. L’une est épouse et mère, l’autre vierge. La première Céline eut deux enfants dont l’un, Principius (mort v. 511), devint le douzième évêque de Soissons. Puis elle ne put plus avoir d’enfants.

 

Un jour, un ermite aveugle du nom de Montanus vint auprès de Céline et lui annonça qu’elle en aurait un autre. Il prédit aussi qu’il retrouverait la vue à la naissance de cet enfant. Tout se déroula comme l’avait dit l’ermite. Elle donna naissance à Rémi (vers 437-13 janvier 533), qui devint le grand évêque de Reims et qui baptisa Clovis le 25 décembre d’une année comprise entre 496 et 506, avec 3 000 guerriers francs de son entourage.

Céline meurt à un âge avancé vers 464. La deuxième Céline est une jeune fille promise à un fiancé. Elle rencontre sainte Geneviève, de passage dans la ville. Enthousiasmée, elle désire la suivre dans la vie consacrée. Le fiancé découvre son projet. Il surgit pour la kidnapper. Geneviève et Céline se réfugient dans le baptistère. Elles en sortent par une porte dérobée. Dépité, le fiancé ne put la retrouver. Elle devint religieuse et mourut vers l’an 480. Elle est patronne de Meaux.

 

Pensée spirituelle :

«Personne ne peut dire de quoi l’avenir sera fait, ce que l’homme sera capable de réaliser. Et c’est bien cette inconnue, ce côté imprévisible de l’homme qui rend la vie si intéressante !» (Anthony Burgess)

 

Courte prière :

«Seigneur, tu disposes du temps pour mener jusqu’au but tes immenses projets et pour réaliser tes merveilles en nous.» (Jean Galot)

 

Ephéméride du 21 octobre :

En 845, Charles le Chauve (13 juin 823-6 octobre 877), un des petits-fils de Charlemagne, octroie à l’abbaye Saint-Maur de Glanfeuil, sur la commune du Thoureil en Anjou, seize propriétés et une église. Elle devint ainsi le premier monastère bénédictin en France. Les Vikings attaquant les régions de la Loire, les moines s’enfuient, emportant les reliques de saint Maur (vers 512 et mort vers 584) dans la nouvelle abbaye de Saint-Maur-des-Fossés, en 868. Glanfeuil ne retrouvera plus sa gloire d’antan, malgré la visite du pape Urbain II (1042-29 juillet 1099) en 1096.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles