29 juin : Saint Pierre et Saint Paul

Saint Paul et Saint Pierre. [CC / Musée du Vatican]

Ces deux saints, aux noms si répandus, sont deux apôtres aux charges les plus éminentes.

 

Pierre à qui Jésus confie l’Eglise et qui, après Jérusalem et Antioche, arrive à Rome. Il y sera martyrisé par Néron en l’an 64. Ce pêcheur de Galilée est crucifié la tête en bas au pied de la colline du Vatican. Son tombeau se trouve au cœur de la basilique qui porte son nom. Le pape François est le 265e successeur de Pierre.

Paul, né en Turquie, complète sa culture grecque par de grandes études juives à Jérusalem. Il persécute les chrétiens jusqu’à sa conversion sur le chemin de Damas. Il devient alors un ardent apôtre qui parcourt l’Asie Mineure et la Grèce pour fonder nombre de communautés chrétiennes. Il sera décapité sous Néron dans le lieu-dit Tre Fontane, et son corps est ramené le long de la Via Ostiense. Une basilique immense est érigée sur sa tombe.

 

Parole de saint Pierre :

«Soyez vigilants, car votre adversaire le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer. Résistez-lui fermes dans la foi.»

 

Courte prière de saint Pierre :

«A qui irions-nous, Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle ?»

 

Ephéméride du 29 juin :

En 1662, mort de Pierre de Marca, archevêque de Paris. En mars 1662, Louis XIV le nomme archevêque de Paris. La confirmation par le pape n’arriva que le 26 juin. Tout était prêt pour son intronisation à Notre-Dame quand il meurt. On célébra ses obsèques dans la cathédrale sans faste ni solennité. Ce Béarnais très intelligent, né sous le règne d’Henri IV, devient docteur en droit à 21 ans. Il est ensuite nommé président du Parlement de Navarre. A la mort de sa femme, il entre alors dans les ordres, devient évêque de Couserans, puis archevêque de Toulouse. Pendant deux ans, Mazarin fait appel à lui lors du traité des Pyrénées afin de délimiter la frontière entre l’Espagne et la France.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles