Paris au régime

Hobbes, restaurant végétarien. [M.Meichler pour Direct Matin]

L’expression n’a pas d’équivalent en français. Outre-Atlantique, on l’appelle «healthy food» ou «green food». Cette tendance culinaire "saine" a explosé en dix ans. Elle s’est développée en réponse à la malbouffe, ces plats gras, sucrés, salés, avalés en quantité et sur le pouce, qui ont apporté leur lot d’effets secondaires : obésité, diabète, intolérances et allergies alimentaires…

 

Surfant sur cette tendance "détox", Paris propose de plus en plus d’établissements où l’on peut se rassasier et faire du bien à son corps. Bio, sans gluten, sans sucre, végétarien, etc. Surfant sur cette tendance "détox", Paris propose de plus en plus d’établissements où l’on peut se rassasier et faire du bien à son corps. Bio, sans gluten, sans sucre, végétarien, etc.

 

Hobbes

C’est l’un des nouveaux spots, agréables et goûteux, qu’affectionnent particulièrement les végétariens. Ouvert en juin 2014 par Victoire d’Artemare, propriétaire du magasin Belleville en Bio, Hobbes propose des plats "vegan", sans viande ni produits laitiers, savoureux et adaptés à la saison. Assortiments de légumes et tofu, futomakis, lasagnes… la carte est inventive. La chef Julie Bavant, formée chez Alain Passard, est une spécialiste du "green burger", avec son steak de champignons et graines de soja, accompagné de chips de patate douce, salade et crudités. Côté sucré, Hobbes – dont le nom fait référence au tigre de la BD de Bill Watterson – se distingue par un dessert éponyme, qui a tout à fait l’air d’un cheesecake, mais composé en réalité de crème de noix de cajou sur une base de fruits secs écrasés. L’addition tourne autour de 15 euros. Pour les plus gourmands, il faut s’y rendre le jeudi soir pour profiter d’un menu unique plus élaboré à 21 euros.
Hobbes, 31, avenue Simon-Bolivar (19e).

hobbes.jpg

©M.MEICHLER

 

Epicerie générale

Du jambon à la découpe, des truffes, des fromages au lait cru, une sélection de thés, des escargots, de l’huile d’olive parfumée… On trouve une variété de produits à l’Epicerie générale qui ont deux points communs : ils sont tous 100 % bio et d’origine française. Fondé en 2011, par Maud Zilnyk et Lucio Hornero, qui travaillaient respectivement dans la mode et l’événementiel jusque-là, l’établissement a trouvé immédiatement sa clientèle. Elle se compose de défenseurs d’une agriculture de saison, qui sont aussi des gourmets attachés aux terroirs. Les huîtres de l’île de Ré régalent autant que les jus de fruits de petits producteurs, les anchois ou les sandwichs préparés sur place. Les produits, pas donnés mais de qualité, sont répartis sur des étalages blancs, dans un espace lumineux. Le succès a été tel qu’il a permis l’ouverture d’un second delicatessen, dans le 9e, l’an dernier.
Epicerie générale,
43, rue de Verneuil (7e),
1, rue Moncey (9e).

epicerie1cm.jpg

©M.MEICHLER

 

Café pinson

Il trône au centre de la pièce. Le comptoir, où sont disposés les plats proposés, attire les regards. Assiette de légumes, croustillant de quinoa, carpaccio de betteraves, carottes, radis et céleris, mousse au chocolat et citron, crumble poire-cardamone
Au Café Pinson, le menu varie tous les jours, en fonction de la saison et des produits locaux disponibles. Dans cet établissement du Marais, qui a ouvert en 2014 une annexe à Pigalle, la cuisine fait la part belle aux aliments bio, souvent crus ou très délicatement cuits. Graines germées, spiruline, thé matcha, kale… Le déjeuner, arrosé d’un verre de vin bio, n’excède pas les 30 euros. Agathe Audouze, créatrice du site de conseils culinaires La Minute Papillon et passionnée de naturopathie, a ouvert ce restaurant raffiné et sain, où l’on se sent bien. La décoration, conçue par l’architecte d’intérieur tendance Dorothée Meilichzon, allie sobriété et élégance : parquet clair, motifs graphiques rétro, chaises années 1960 et grandes ardoises.
Le Café organise aussi des ateliers dans ses locaux, le vendredi midi, pour les curieux qui veulent apprendre à bien manger, même chez eux.
Café Pinson, 6, rue du Forez (3e),
58, rue du Faubourg-Poissonnière (10e).

pinson_cphilippe_levy_1.jpg

©Philippe Lévy

Eugène

Il se définit comme un "diabétique gourmand". Christophe-Eugène Touchet a pensé l’endroit, ouvert depuis trois mois, à partir de sa
douloureuse situation. Comment se faire plaisir lorsqu’il est interdit d’avaler des aliments sucrés ? Il a ainsi demandé au talentueux pâtissier chocolatier Luc Baudin de créer, avec l’aide d’un diététicien et d’un biologiste, des recettes sans glucose. Chez Eugène, les douceurs sont sucrées grâce à du sirop d’agave ou fabriquées à partir de cacao sans sucre ajouté. La pâte à choux, à base de farine de lentilles et de pois chiche, a fait la réputation des éclairs. Si l’adresse a été conçue pour les diabétiques – on en dénombre environ 3 millions aujourd’hui en France – elle plaît aussi à ceux qui cherchent à mieux consommer. Moitié moins sucrés qu’ailleurs, les produits de chez Eugène, préparés à partir de farine semi-complète T80 connue pour ses vertus nourrissantes, sont aussi trois fois plus riches en fibres.
Eugène, 11, rue Guillaume-Tell (17e).

ceugene1.jpg

©eugene

 

Bob’s Juice Bar

On y rentre à plat et on en ressort revigoré. Bob’s Juice Bar est le bar à jus qu’a lancé le New-Yorkais Marc Grossman, heureux propriétaire du Bob’s Bake Shop et du Bob’s Kitchen, un salon de thé et un restaurant qui proposent des produits sains et jouent régulièrement les traiteurs lors des fashion weeks parisiennes. Mais dans cet étroit repaire du 10e arrondissement, c’est pour les boissons qu’il faut se déplacer : smoothies de fruits comme cocktails de jus de légumes valent le détour. Surtout, on y déguste la collection Bob’s Cold Press, des jus pressés à froid et non pasteurisés, hypernourrissants, conseillés pour faire une cure détox (7,50 euros le demi-litre). Pendant un à trois jours d’affilée, on alterne le green juice (concombre, fenouil, pomme, céleri, kale…), le roots (carotte, piment de Cayenne) et autres mixtures, pour retrouver de l’énergie et se débarrasser des toxines accumulées par l’organisme.
Pour les plus motivés, cette cure de "juicing" se fait sans rien avaler d’autre. Pour les autres, on peut trouver sur place de savoureux accompagnements : sandwichs légers, pad thaï ou salades fraîches.

Bob’s Juice Bar, 15, rue Lucien-Sampaix (10e).

cpatricia_khan1.jpg

©Patricia Khan

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles