Coupe du monde de rugby : le XV de France se cherche un buteur

Le XV de France est en pleine préparation pour la Coupe du monde. [AFP]

A un mois et demi de la Coupe du monde, le XV de France n'a toujours pas réglé la sempiternelle et cruciale question du buteur, à laquelle il s'attèle depuis plusieurs mois sous la houlette du spécialiste du jeu au pied Romain Teulet.

 

Le sujet a le don d'irriter passablement Morgan Parra. Interrogé à Marcoussis (Essonne) sur le manque de régularité des buteurs français par rapport aux autres grandes nations, souligné à plusieurs reprises par le manager Philippe Saint-André - "Pour pouvoir gagner au niveau international, il faut avoir un buteur à plus de 80% de réussite" - le demi de mêlée de Clermont est ainsi monté dans les tours.

"Sexton (ouvreur de l'Irlande, NDLR) n'en loupe jamais? Jamais, jamais, c'est vrai... Cela ne sert à rien qu'on s'y pointe alors à la Coupe du monde (18 septembre-31 octobre en Angleterre, NDLR): on n'a aucun buteur. On est nul comme vous le dites", a-t-il lâché, avant de s'adresser de loin à Frédéric Michalak, qui attendait de passer devant les médias: "+Michel+, on n'a pas de buteur! On est morts!"

 

"Personne n'est sorti du lot"

Le XV de France n'est évidemment pas mort, mais l'encadrement cherche toujours son artilleur en chef entre Parra, Michalak, Rory Kockott et François Trinh-Duc, après avoir écarté Camille Lopez, qui avait la charge du but en novembre et pendant le Tournoi.Et cette question constitue une part importante de l'équation que doit résoudre le staff pour choisir les demis qui seront retenus (la liste définitive doit être annoncée le 23 août)

"Je crois qu'ils (les buteurs) ont intégré (que le but serait un des critères de sélection, NDLR). Il y a une carte à jouer dans ce domaine. Aujourd'hui, il n'y en a pas un au-dessus. On n'a pas pu installer quelqu'un dans ce domaine, ou alors personne n'est encore réellement sorti du lot", affirme ainsi Romain Teulet, ancien buteur émérite appelé il y a huit mois pour faire travailler le jeu au pied aux Bleus.

 

Critère de sélection

"On voit des choses se mettre en place, des routines apparaître. Je sais que ça tarde à se constater en match, que ça soit efficace et régulier. On espère pallier ces manques durant la compétition, mais on a du temps pour bien travailler", ajoute l'ancien Castrais qui, depuis le début de la préparation, programme l'essentiel des entraînements après de lourdes séances de physique afin de se rapprocher des conditions de but en match.

"Oui, on travaille sous fatigue, mais a-t-on la pression de la pénalité de la gagne, ou de celle de la première minute, et la pression du public?", nuance Parra, buteur des Bleus pendant la Coupe du monde 2011 mais à la recherche cette saison de sa régularité.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles