XV de France : première manche pour le XV de la Rose

Les Français ont presque toujours couru après le score face à l'Angleterre. [GLYN KIRK / AFP]

L'Angleterre s'est imposée 19-14, samedi à Twickenham, dans la première des deux rencontres l'opposant à la France pour préparer la Coupe du monde qu'elle organisera sur son sol du 18 septembre au 31 octobre prochain.

 

"Clinical and ruthless" (clinique et sans pitié), le XV de la Rose a piqué trois fois celui de France par ses virevoltants ailiers Anthony Watson (2 essais) et Jonny May (1) qui ont donné une petite leçon à leurs vis-à-vis, Sofiane Guitoune et Brice Dulin. De son côté, le XV de France a passé une fois la ligne adverse grâce à son flanker Fulgence Ouedraogo.

Tout ne fut pas parfait côté anglais, notamment en conquête, et le sélectionneur Stuart Lancaster aura du grain à moudre dans les semaines à venir et dès samedi prochain en particulier, pour le deuxième acte face à la France au Stade de France. Mais au moins ce succès engage-t-il pour le XV de la Rose une dynamique positive, alors que la pression de l'événement organisé à domicile sera immense et que l'opposition s'annonce rude dans son groupe, aux côtés du pays de Galles et de l'Australie.

 

Regrets et carences

Le XV de France pourra lui regretter de ne pas avoir su capitaliser sur sa domination territoriale, ses périodes de supériorité numérique, sa plus grande possession de balle et sa mainmise en mêlée fermée, dans le sillage d'un cinq de devant qui aura été la bouée de sauvetage des Bleus. Par exemple, comment expliquer que le XV de France qui en première période aura obligé son adversaire à plaquer deux fois plus que lui, à concéder six pénalités et à reculer en mêlée fermée, soit mené 12 à 9, après avoir encaissé deux essais de Watson. Ce dernier a il est vrai crevé l'écran, déposant d'un magnifique cadrage débordement Dulin (11e) puis concluant un superbe mouvement collectif en première main (18e).

Ces trous d'air défensifs, associés à une attaque stéréotypée, ont un temps fait craindre le pire à un XV de France qui a pourtant très bien tenu la route physiquement. Mais l'Angleterre a aussi été entravée par son indiscipline (10 pénalités au total), incarnées par les cartons jaunes au centre Sam Burgess et au troisième ligne Calum Clark. Avec Owen Farrell à la baguette, le XV de la Rose a peiné à entretenir la flamme, passant le plus clair des 20 dernières minutes à s'escrimer à défendre son avantage, avec courage et une certaine maîtrise.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles