Rugby : les Bleus sont-ils prêts pour le Mondial ?

Philippe Saint-André a encore deux semaines pour préparer la Coupe du monde de rugby.[AFP]

S’il a signé une victoire lors de son dernier match de préparation, samedi, face à l’Ecosse (19-16), le XV de France n’a pas rassuré son monde à deux semaines de la Coupe du monde. Est-il vraiment prêt ?

 

La victoire, oui mais pas l’optimisme. Le XV de France en a désormais terminé avec ses matchs de préparation à la Coupe du Monde de rugby. Après une première défaite face à l’Angleterre, les hommes de Philippe Saint-André se sont bien repris contre le XV de la Rose et ont terminé avec un nouveau succès samedi soir face à l’Ecosse (19-16).

Au Stade de France, les Tricolores, qui retrouvaient leur capitaine Thierry Dusautoir, ont été très laborieux dans un match où aucun enseignement n’est à tirer. Eux qui espéraient monter en puissance et confirmer leur brillant succès face à l’Angleterre (25-20) le 22 août dernier, ont finalement été en dessous de ce qui était attendu. "On va retenir d’abord la victoire. C’était important de gagner ce match", a tenu à souligner Saint-André.

 

 

De l’inquiétude à avoir ?

Le XV de France n’aura donc pas fait de provision avant d’affronter l’Italie, à Twickenham, le 19 septembre, pour son premier match de la Coupe du monde, mais pour son sélectionneur, il y a eu du bon. "Ça a été un match de haut niveau, quand on voit les joueurs à la fin du match", a-t-il retenu sans la moindre inquiétude.

Et il a peut-être raison. Car si les Bleus n’ont pas été probants dans leur prestation, ils ont tout de même enchaîné un deuxième succès consécutif. Ce qui ne leur est pas arrivé souvent ces dernières années.  Et cela ouvre la perspective d’enchaîner face aux Italiens puis les Roumains et les Canadiens lors du Mondial avant de se mesurer aux Irlandais.

 

Etre prêt contre l’Italie

D’autant plus qu’il y a des choses positives à retenir. A la touche, en attaque et à la mêlée, les Tricolores se sont montrés à leur avantage. Et surtout ils ont démontré qu’ils avaient la capacité de revenir en fin de match, là même où ils avaient faibli contre les Anglais.

"On va partir en Angleterre avec plein de confiance, on vient de gagner deux matchs d’affilée ! Il faut arrêter de croire que l’Ecosse est une petite équipe, a appuyé PSA. Ce (samedi) soir, c’était le bac blanc, et le premier examen sera le 19 septembre contre l’Italie et l’on se prépare à ce match là."

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles