Alcool : le "Binge Drinking" toujours préoccupant

La consommation excessive d'alcool est en hausse chez les jeunes. [CC0 Public Domain]

Si le dernier rapport de l’OCDE indique que la consommation d’alcool est en baisse depuis vingt ans dans les pays de l'Organisation, le « binge drinking » augmente chez les jeunes.

 

Dans son rapport intitulé « Combattre les consommations nocives d’alcool : politiques économiques et de santé publique », publié le 12 mai, l’OCDE indique que la consommation d’alcool est en légère baisse depuis 20 ans, parmi les 34 pays de l’Organisation de coopération et de développement économique.

Néanmoins, ce n’est pas le cas de la consommation chez les jeunes. « Les niveaux de consommation dangereuse et de suralcoolisation épisodique chez les jeunes, notamment les femmes, ont augmenté dans de nombreux pays de l’OCDE », a précisé le rapport.

Ainsi, on recense de moins en moins d’enfants de 15 ans ou moins ayant déjà connu l’ivresse. S’ils étaient 30% dans les années 2000, ils sont maintenant 43% pour les garçons et 41% pour les filles.

 

Les jeunes inquiètent

Le "binge drinking", ou "biture express" correspond à une consommation d’alcool excessive sur une courte période de temps, ce qui reviendrait à cinq à huit verres en une occasion. La consommation dangereuse équivaudrait à plus de 210 grammes d’alcool pur par semaine pour un homme et plus de 140 grammes pour une femme. Un verre de vin ou un demi de bière correspondent à 10 grammes.

L’OCDE indique plusieurs raisons quant au "succès" de cette pratique. Ainsi, le "binge drinking" serait favorisé chez les jeunes car les boissons alcoolisées seraient devenues plus abordables à l’achat. Des produits "spécialement conçus pour plaire aux jeunes buveurs" seraient aussi à l’origine de ce changement d’attitude, ainsi que des publicités ciblées.

 

Et en France ? 

Si la consommation y est en baisse, la France reste un des pays où l’on boit le plus d’alcool, avec une consommation moyenne de 11,8 litres par habitant par an. La moyenne des pays de l’OCDE, elle, ne s’élève qu’à 9,1 litres par an. Le faible niveau de taxes, notamment sur le vin, pourrait expliquer ce phénomène.

La consommation excessive d’alcool est un réel danger pour la santé. La rapport indique que la consommation d’alcool est "parmi les principales causes de décès et d’handicap dans le monde", allant de la 8ème à la 5ème place.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles