Une Anglaise sur deux a des troubles psychologiques

Deux Anglaises filles sur cinq âgées entre 11 et 21 ans déclarent avoir déjà eu recours au moins une fois à un soutien psychologique. [CC / ramicm /Pixabay]

Une étude menée outre-manche révèle que près de la moitié des jeunes Anglaises souffre de troubles psychologiques pouvant aller de la simple addiction à la cigarette jusqu’à l’automutilation. Des résultats préoccupants et supérieurs aux années précédentes.

 

Une jeune Anglaise sur deux est perturbée à en croire l’étude réalisée par Girlguiding, une association caritative britannique qui aide au développement des jeunes Anglaises.

Menée sous la forme d’un sondage auprès de 1.574 Anglaises âgées en 2015 de 7 à 21 ans, ses résultats ont été publiés le 23 août dernier et viennent juste d’être repris par la presse.

 

Automutilation, maladies mentales, dépression…

Parmi la palette des différents troubles psychologiques déclarés, l’addiction à la cigarette, les maladies mentales, la dépression et les troubles alimentaires sont ceux qui reviennent le plus souvent

Dans le détail, Girlguiding indique que 46% des jeunes femmes âgées entre 17 et 21 ans se sentent concernées par des problèmes psychologiques. Deux filles sur cinq âgées entre 11 et 21 ans déclarent avoir déjà eu recours au moins une fois à un soutien psychologique.

Plus alarmant, entre 2012 et 2014, le nombre d’admissions  de jeunes filles à l’hôpital à la suite d’une automutilation a bondi de 70%. Un passage à l’acte qui pourrait être évité par des actions préventives d’autant que 53% des filles âgées de 11 à 21 ans déclarent ne pas être suffisamment informées sur les problèmes psychologiques.

 

 

Le harcèlement sexuel

Un autre problème soulevé par l’association est le harcèlement sexuel.  Une bénévole de Girlguiding déclare que "75 % des filles entre 11 et 21 ans ont affirmé qu’avoir subi du harcèlement sexuel avait eu un effet négatif sur leur vie. Il est inacceptable que les filles et les jeunes filles d'aujourd’hui aient à subir ce type de comportement, qui contribue à avoir peu de confiance dans son corps, notamment lorsqu’on associe cela à d’autres types de pressions."

 

Parents ou enfants : des préoccupations différentes

Le sondage souligne également que les parents ont de moins en moins conscience des problèmes de leurs adolescentes.

Les filles affirment que la santé mentale, le harcèlement en ligne et la recherche de travail sont les problèmes qui les inquiètent le plus, tandis que les parents s’inquiètent plutôt de leur consommation de drogue, d’alcool et de cigarettes.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles