L’épidémie de bronchiolite en points clés

La bronchiolite est occasionnée par un virus qui peut se transmettre facilement. [AFP / ARCHIVES]

De nombreux cas de bronchiolite ont été signalés ces dernières semaines. A tel point que l’Institut de veille sanitaire (InVS) a alerté, mercredi 25 novembre, que l’épidémie de cette infection respiratoire affectant les nourrissons de moins de deux ans, pourrait être plus sévère que lors des deux années précédentes.

Tout en soulignant que la situation d’alerte n’était pas encore atteinte, l’InVS a précisé, dans son bulletin hebdomadaire épidémiologique, qu’une augmentation des cas avait été néanmoins constaté sur l’ensemble du territoire métropolitain et notamment en Ile-de-France, dans le Nord, l’Ouest et le Sud-Ouest. Pour rappel, la bronchiolite est la principale cause des admissions des enfants à l’hôpital durant l'hiver.

Comment les bébés l’attrapent ?

La bronchiolite est occasionnée par un virus. Il se transmet par la salive, les éternuements, la toux ou les mains. « Une rhinopharyngite de l’enfant ou de l’adulte peut être à l’origine d’une bronchiolite chez un nourrisson présent dans l’entourage», rapporte l’Assurance Maladie. Courante chez les bébés de moins de 6 mois, la maladie provoque une inflammation des parois des bronchioles. Concrètement, cela se traduit par une grave infection des voies respiratoires inférieures chez l’enfant.

Les symptômes qui ne trompent pas

Un rhume ou une montée de fièvre sont le plus souvent les premiers signes d’une bronchiolite. Rapidement survient une toux d’abord sèche suivie d’une gêne respiratoire se traduisant par une respiration sifflante, difficile et/ou rapide. A l’inspiration, on distingue des signes de rétraction intercostale. Il est parfois fréquent d’observer des difficultés à s’alimenter.

Comment la soigner ?

La bronchiolite a beau être une maladie bénigne, il ne faut pour autant pas la prendre la légère. La priorité est de faire boire l’enfant le plus souvent et en petite quantité, de réduire la température de la chambre tout en l’humidifiant. Après avoir pris soin de demander un avis médical, on peut aussi administrer du paracétamol censé faire tomber la fièvre. Parfois, les médecins peuvent prescrire un traitement basé sur le lavage du nez et l’aspiration des sécrétions nasales ou recommander des séances de kiné respiratoires. Chez les plus jeunes nourrissons, la bronchiolite peut nécessiter une hospitalisation.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles