Le LSD micro-dosé, nouvelle tendance dans la Silicon Valley

La consommation de micro dose de LSD serait de plus en plus répandue dans la Silicon Valley.[JBrazito/Flickr]

Le magazine américain Rolling Stone révèle une nouvelle tendance qui fait fureur auprès des jeunes cadres de la Silicon Valley : la consommation micro-dosé de LSD. Un moyen utilisé afin d’améliorer leur productivité et stimuler leur créativité.

Le journaliste Andrew Leonard prend l’exemple de Ken, un jeune homme de 25 ans diplômé de la prestigieuse université de Stanford et employé dans une start-up de San Francisco. Multitâche – logiciels, ventes, supports techniques – il avoue prendre des micro-doses de substance psychédélique, pendant son temps libre ou, occasionnellement, au travail.

Mais qu’est-ce qu’une micro-dose exactement ? A peu près 10 microgrammes de LSD, ou entre 0,2 et 0,5 grammes de champignons hallucinogènes rapporte l'article. Une dose à peine perceptible par l’organisme, mais suffisante selon Rick Doblin, fondateur et directeur de l’Association multidisciplinaire pour des études psychédéliques «pour ressentir une légère poussée d’énergie, se sentir un peu plus perspicace, sans pour autant être en plein trip».

C’est en 2011, lors d’une conférence sur la recherche psychédélique, que James Fadiman, auteur du Guide de l’explorateur psychédélique, avait exposé pour la première fois cet usage du microdosage à partir des résultats obtenus lors d’un sondage réalisé auprès de consommateurs auto-déclarés. Leur nombre ne cesserait d’augmenter depuis.

Un profil de consommateur atypique

Selon James Fadiman, les personnes qui le contactent viennent du monde entier, mais il a remarqué qu’un flux constant d'entre eux provenait de la région de San Francisco. Le profil type ? Des jeunes âgés d’une vingtaine d’années, ultra-intelligents, qui sont curieux de voir si le microdosage peut leur permettre d’assumer leur masse de travail quotidienne, de les aider à résoudre leurs problèmes techniques et être plus innovant. «C’est une très bonne alternative à l’Adderall (amphétamines pharmaceutiques)» explique Fadiman en référence à cette drogue qui serait populaire chez les programmeurs.

Ce dernier se permet même de donner quelques conseils pour un microdosage réussi : une micro dose tous les quatre jours, de préférence le matin, puis ne rien changer à sa routine habituelle. Les témoins avec lesquels il est en contact révèlent que cela leur permet de lutter contre de nombreux maux, notamment la dépression, les migraines, et la fatigue chronique.

Pas sûr toutefois que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ni même les autorités, approuvent ce traitement.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles