Pourquoi prend-on de l’iode en cas d’alerte nucléaire ?

En cas d'accident nucléaire, de l’iode radioactif est libéré massivement dans l’atmosphère et peut alors se fixer dans la thyroïde, ce qui peut provoquer des cancers.[Flickr / T-Town Photo Booth]

Absorber de l’iode (iodure de potassium) est recommandé en cas d’accident nucléaire.

Dans ce cas, en effet, de l’iode radioactif est libéré massivement dans l’atmosphère et peut alors se fixer dans la thyroïde, ce qui peut provoquer, à terme, des cancers. La prise de deux comprimés (chez l’adulte) permet de protéger cette glande située au niveau du cou, en la saturant avec de l’iodure de potassium. Il ne s’agit pas d’un remède miracle et cette précaution est minimale lorsque l’on est exposé à de très fortes radiations.

Néanmoins, d’importants stocks sont constitués par les gouvernements pour être prêt en cas d’accident nucléaire. Ainsi, en France, la Pharmacie centrale des armées (PCA) produit des comprimés d’iodure de potassium depuis trente ans (elle est la seule autorisée à le faire). Celle-ci est en mesure de mettre en circulation, chaque jour, environ 55 000 boîtes de dix comprimés.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles