Des scientifiques ont cloné le virus Zika

Dans le monde entier, des scientifiques travaillent à la mise au point d’un vaccin contre le virus Zika.[JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Des scientifiques américains ont réussi à cloner le virus Zika, ce qui constitue une étape importante vers la mise au point d’un vaccin. 

Les scientifiques, issus de l’Université du Texas, ont publié leurs résultats dans la revue Cell Host & Microbe. Le virus cloné est une réplique de la souche qui se répand en Amérique du Sud et est notamment à l’origine des malformations du cerveau chez les nouveaux-nés. Pour les experts, ce Zika cloné peut être utilisé dans de nombreuses expériences afin de mettre au point le vaccin, mais préviennent qu’il pourrait s’écouler de nombreuses années avant qu’il ne soit assez sûr pour être mis sur le marché. 

A lire aussi : Des préservatifs enduits d’un gel antiviral pour les athlètes australiens aux JO de Rio

Le meilleur moyen de combattre le virus

Un vaccin visant à protéger les femmes enceintes et les personnes présentant un risque élevé d’infection serait le meilleur moyen de combattre l’infection aux yeux des scientifiques, et pour cause : si le virus peut causer des dommages importants pour les bébés à naître, il n’a souvent pas de symptômes visibles chez la mère. 

Jusqu’à maintenant, la structure du Zika était connue, mais cette souche du virus n’avait pas été répliquée. Pourtant, de nombreux scientifiques partout dans le monde travaillent à la mise au point d’un virus. C’est notamment le cas du National Institute of Alllergy and Infectious Diseases (NIAID) qui espère pouvoir commencer les essais cliniques humains d’un vaccin en septembre. 

À suivre aussi

Santé Virus Zika : quels sont les symptômes ?
Santé Virus Zika : deux cas autochtones détectés dans le Var, les autorités sanitaires appellent à la vigilance
Des moustiques qui propagent des maladies devraient considérablement élargir leur champ de répartition en raison du réchauffement des températures.
Climat Réchauffement climatique : la moitié de la population mondiale risque des maladies liées aux moustiques

Ailleurs sur le web

Derniers articles