Souffrez-vous d'apnée du sommeil ?

Les conséquences de ce trouble de la respiration peuvent être dangereuses. [Creative Common ]

Vous êtez facilement irritable, fatigué dès le réveil, somnolez durant la journée, avez des troubles de la libido ? Vous souffrez peut-être d'apnée du sommeil. Des chercheurs suisses ont mis au point un test simple pour évaluer les risques d'en être atteint. 

Leurs résultats ont été publiés ce vendredi dans la revue scientifique The Lancet Respiratory Machine. Le test des chercheurs de Lausanne se base sur cinq facteurs à risque. Quatre points sont attribués pour un tour de cou supérieur à 40 centimètres, trois points pour un indice de masse corporel (IMC) situé entre 25 et 29,9 et cinq points pour un IMC supérieur à 30, deux points si vous ronflez, quatre points si vous êtes âgés de plus de 55 ans et deux points, si vous êtes un homme.

A lire aussi : Pourquoi dormir la bouche ouverte est mauvais pour la santé 

Si vous totalisez huit points ou plus, vous avez de grandes chances de souffrir d'apnée du sommeil. Il est alors recommandé d'en parler à son médecin généraliste afin d'établir un diagnostic et obtenir un traitement.

Être un homme, un facteur à risque

Selon les chercheurs, «49% des hommes et 23% des femmes de plus de 40 ans présentent des apnées du sommeil, mais beaucoup de ces patients ne sont ni diagnostiqués ni traités». On estime qu'en France, deux millions de personnes seraient touchées.

Pour réaliser leur étude, les scientifiques du Centre d'investigation de l'hôpital universitaire de Lausanne et de l'Université de Lausanne ont étudié le cas de plus de 3.000 Suisses et Brésiliens.

Risques d'AVC et d'hypertension

L'apnée du sommeil consiste en «des pauses respiratoires fréquentes pendant le sommeil, généralement accompagnées d'un ronflement sonore", comme le définit l'Organisation mondiale de la Santé. Ces arrêts respiratoires répétés privent pendant quelques secondes le corps d'oxygène et provoquent plusieurs micro-réveils.

En plus d'un impact sur le quotidien, les conséquences de ce trouble de la respiration peuvent être dangereuses, notamment une augmentation du risque d'AVC et d'hypertension.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles