Douze nouveaux types de nuages reconnus

Repéré dès 2006 dans le ciel de l’Iowa (Etats-Unis), le nuage Asperitas fait partie de la douzaine de nouveaux nuages qui font leur entrée dans l'atlas international des nuages. [CC / Gary McArthur / WMO]

Des nouveautés à venir bientôt dans votre bulletin météo. L'Organisation météorologique mondiale vient en effet récemment de reconnaître douze nouvelles formes de nuages.

Ces nouvelles volutes intègrent par conséquent l'atlas international des nuages. Ouvrage de référence de l'Organisation météorologique mondiale (WMO) utilisé par les météorologistes du monde entier, sa dernière version datait de 1987. Sa première publication remonte quant à elle à 1896.

Une mise à jour du ciel rendue possible grâce à l'amélioration des techniques d'observation mais aussi, plus surprenant, grâce à de simples passionnés de nuages qui, en fins observateurs et fortement mobilisés, ont fait part de leurs découvertes à l’Organisation météorologique mondiale. 

Ce fut ainsi le cas, par exemple, et comme l'explique la BBC, de l’asperitas. Ce nuage ressemble à un grand tube horizontal qui s’enroule sur lui-même et qui donne l'impression, vu du dessous, d’une mer déchaînée. 

Repéré dès 2006 dans le ciel de l’Iowa (Etats-Unis), des photos du monde entier de ce nuage avaient été ensuite envoyées à la Cloud Appreciation Society, une communauté en ligne de fans de nuages. L’association avait ensuite usé de son influence pour faire reconnaître l’aspéritas auprès de l’Organisation météorologique mondiale, une initiative qui a donc fini par payer. 

Des nuages «façonnés» par l'homme

Au côté de l’asperitas, sont également référencés le fluctus, le flammagenitus, le cavum, le cauda, le murus, le silvagenitus, le caractagenitus, l’homogenitus, l’homomutatus, ainsi que le flumen, appelé aussi queue-de-castor et enfin le volutus, ou «nuages-rouleaux, qui est un long nuage bas semblable à un tube et qui se forme sur les bien connus stratocumulus. Tous sont visualisables via le lien ci-dessous : 

A noter enfin que certains de ces nuages sont des créations involontaires de l’homme. Le cavum, par exemple, est ainsi une fine couche de nuage composée de fines gouttelettes gelées. Il se forme directement après le passage d’un avion dans un nuage. L’homogenitus désigne, lui, les lignes tracées dans le ciel par les avions ou encore les nuages générés par les cheminées d’usines. Quant à l’homomutatus, il est provoqué par la chaleur des grandes villes.

Tous ces nuages et bien d'autres pourront prochaînement être admirés sur Internet, puisque le nouvel atlas de l'organisation météorologique mondiale sera bientôt mis en ligne et accessible ainsi au public pour la première fois de son histoire.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles