Une rémunération pour les présidents de fédé ?

Le conseil d'administration du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a préconisé mercredi que les présidents de fédérations soient rémunérés et éligibles sur la base d'une limitation d'âge à 70 ans.[AFP/Archives]

Le conseil d'administration du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a préconisé mercredi que les présidents de fédérations soient rémunérés et éligibles sur la base d'une limitation d'âge à 70 ans.

"En limitant l'âge à 70 ans - sur le modèle de ce qui se fait au CNOSF -, en préconisant une mesure incitative qui est la rémunération, en élargissant la base électorale et en clarifiant les modes de scrutin, nous pensons qu'il n'est pas nécessaire de limiter le nombre de mandats" des présidents, a indiqué à l'AFP le président du CNOSF, Denis Masseglia

L'élargissement de la base électorale pour les élections fédérales, ainsi que la clarification des modes de scrutin faisaient partie des mesures préconisées par le premier conseil d'administration du CNOSF consacré à la gouvernance, fin février.

Par ces mesures, qui ne sont que des "recommandations", selon M. Masseglia, le CNOSF entend apporter sa réponse au débat sur la limitation du nombre de mandats des présidents de fédération qui avait été lancé en 2008 par le secrétaire d'Etat aux sports de l'époque, Bernard Laporte.

"Si la base électorale est large et qu'elle n'est pas satisfaite, elle saura l'exprimer et le renouvellement se fera de lui-même", a poursuivi M. Masseglia qui compte susciter des vocations en faisant adopter par les fédérations le principe de la rémunération.

"La disponibilité de ses dirigeants, dit-il, est une clé de la réussite pour les fédérations et elle passe par la rémunération" qui ne devrait pas être un obstacle pour les petites fédérations car "un président disponible peut aller chercher des partenaires financiers".

Par ailleurs, les administrateurs du CNOSF ont recommandé aux fédérations possédant un secteur professionnel et générant de gros flux financiers de se doter d'instruments de gouvernance modernes, conseils de surveillance ou directoires, sur le modèle de la fédération française de football (FFF).

Le 23 février dernier, lors de son premier conseil d'administration consacré à la gouvernance, le CNOSF avait déjà adopté un certain nombre de préconisations, appelant notamment les fédérations à élargir leur base électorale pour obtenir des quorums d'au moins 100 électeurs et de favoriser les scrutins nominaux aux scrutins de listes.

Ces recommandations émanent d'un rapport que le CNOSF avait demandé à l'un de ses administrateurs, David Lappartient, président de la fédération française de cyclisme (FFC).

Vous aimerez aussi

Insolite Russie : session escalade sur les «cités de granite» en Sibérie
Montez à bord d?un bateau de la route du Rhum
voile Montez à bord d'un bateau de la route du Rhum
Alfonso Mendoza, un handicapé hors du commun
Sport Alfonso Mendoza, un jeune handicapé hors du commun

Ailleurs sur le web

Derniers articles