La "colère" d'Yvon Sanquer, manager de Di Gregorio

Le manager de l'équipe Cofidis Yvon Sanquer lors d'une conférence de presse après l'interpellation d'un de ses coureurs, Rémy Di Grégorio, dans une enquête sur un trafic de produits dopants, le 10 juillet à Saint-Albain, près de Macon.[AFP]

Le manager de l'équipe Cofidis Yvon Sanquer a confié mardi être pris dans "un mélange de stupeur, de colère et d'incompréhension" après l'interpellation d'un de ses coureurs, Rémy Di Grégorio, dans une enquête sur un trafic de produits dopants.

"Il y a de la stupeur quand même, parce que même si on sait qu'il peut y avoir des gens qui s'égarent dans le vélo, ça fait toujours mal au coeur d'apprendre quelque chose comme ça. Il y a de la colère parce que c'est un gâchis pour le coureur, pour l'équipe et le partenaire qui s'est réengagé", a déclaré Sanquer en conférence de presse.

Chez les coureurs, "il y a d'abord de la consternation, il y aura peut-être de la colère plus tard. Le premier sentiment que j'ai vu, c'est la consternation, l'abattement et de la trahison quelque part, mais ça n'a pas explosé violemment", a-t-il ajouté.

Le Français Rémy Di Grégorio a été interpellé mardi matin dans une affaire présumée de dopage, à l'hôtel de Bourg-en-Bresse (Ain) où séjournait son équipe. Il a été placé en garde à vue dans cette ville pour trafic de produits dopants en bande organisée et doit être transféré à Marseille.

"C'est ce matin que les gens de l'Oclaesp (l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique, ndlr) ont interpellé Rémy di Grégorio à l'hôtel de manière tout à fait confidentielle. On ne s'en est pas aperçu, ses coéquipiers non plus", a raconté Sanquer, arrivé à la tête de l'équipe nordiste juste avant le Tour.

"Les intervenants de l'Oclaesp ont fait ça de manière professionnelle, de manière à ce qu'il n'y ait pas de caractère sensationnel. Ils ont récupéré quelques affaires (NDLR: dans la chambre de Di Grégorio) (...) il n'y a que Rémy qui a été entendu et que lui qui a été mis en garde en vue", a-t-il insisté.

Les gendarmes "suivaient les agissements de Rémy depuis pas mal de temps. Je pense qu'il y avait un gros problème pour qu'ils interviennent aussi rapidement. Ils ont jugé nécessaire de le faire, ils ne travaillent pas à la légère", a-t-il ajouté.

 

A voir aussi sur Direct Matin : 

Diaporama sur les 10 premiers jours du Tour de France

 

Vous aimerez aussi

Insolite Tour de France : l'homonyme de Geraint Thomas devient une star sur Twitter
Montage de photos prises lors de la 21e et dernière étape du Tour de France, remporté par Geraint Thomas, le 29 juillet 2018 [Jeff PACHOUD, Marco BERTORELLO, Philippe LOPEZ / AFP]
Cyclisme Tour de France : à la recherche du suspense perdu
Cyclisme Tour de France 2018 : le classement du maillot vert

Ailleurs sur le web

Derniers articles