"De l'excitation mais pas d'inquiétude" pour Deschamps

Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a affirmé, jeudi en conférence de presse, avoir une certaine "excitation" avant d'entamer la phase qualificative pour le Mondial-2014, vendredi en Finlande, mais sans "inquiétude" ni de "pression". [AFP] Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a affirmé, jeudi en conférence de presse, avoir une certaine "excitation" avant d'entamer la phase qualificative pour le Mondial-2014, vendredi en Finlande, mais sans "inquiétude" ni de "pression". [AFP]

Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a affirmé, jeudi en conférence de presse, avoir une certaine "excitation" avant d'entamer la phase qualificative pour le Mondial-2014, vendredi en Finlande, mais sans "inquiétude" ni de "pression".

Question: Vous avez été champion du monde en tant que joueur. Vous voyez-vous soulever de nouveau la Coupe dans deux ans en tant que sélectionneur?

Réponse: "D'abord, on va essayer de se qualifier. J'ai eu un immense bonheur en tant que joueur. Mais là, j'ai changé de fonction. Je ne suis plus acteur. Je dois emmener les joueurs le plus haut possible, les accompagner, créer un climat de confiance et faire en sorte que collectivement on ait une équipe qui maîtrise le plus possible et aille de l'avant. Mais je ne me projette pas aussi loin. Les points, il ne faudra pas en perdre beaucoup dans un groupe à 5 avec l'Esapgne."

Q: Quelle est la différence entre le groupe de joueurs que vous avez connu et celui que vous dirigez maintenant?

R: "Il y a une évolution des mentalités. C'est valable dans tous les pays et tous les domaines, tout va en s'accélérant. Le footballeur professionnel est très exposé médiatiquement et il y a des attitudes à avoir. Le métier de sélectionneur n'a pas changé, mais le plus difficile reste la gestion humaine dans un groupe de 23 joueurs. C'est une difficulté plus importante qu'il y a quelques années."

Q: Vous êtes reversé dans un groupe à 5 avec l'Espagne. Etes-vous conscient d'entamer une campagne difficile?

R: "Oui. On en a tous conscience, mais on ne se dit pas: +On ne va pas y arriver+. Ne dépendons pas des autres mais pensons à nous et prenons le maximum de points. L'objectif est d'être le plus haut, c'est-à-dire la première place et ça passe par un résultat dès demain."

Q: Vous avez un gardien et capitaine qui risque de ne plus être titulaire en club et des attaquants en méforme en ce début de saison. Est-ce inquiétant?

R: "Je ne suis pas inquiet. Je fais avec les forces du moment. On est en sélection, on n'est pas en club. Ils peuvent être moyens en club et efficaces en sélection ou l'inverse. Ce que je veux, c'est qu'ils le soient demain."

Q: Quel est votre état d'esprit personnel avant vos grands débuts en phase qualificative?

R: "Faire en sorte de ne rien oublier avec le staff. Il y a de l'excitation mais pas d'inquiétude ou de pression. J'évacue beaucoup plus mon cas personnel. Que les acteurs soient dans les meilleures conditions et aillent au bout d'eux-mêmes."

Vous aimerez aussi

L'édile invite les trois plus jeunes joueurs de l'équipe, dont Kylian Mbappé, à dédicacer la Légion «à tous les héros anonymes qui ont combattu pour notre pays».
Football Un maire appelle Mbappé, Pavard et Hernandez à refuser la Légion d'honneur
Football Ligue 1 : Marseille humilié 3-1 par le promu Nîmes lors de la 2e journée
Les joueurs de Marseille Steve Mandada, Florian Thauvin et Adil Rami posent avec le trophée du Mondial le 10 août 2018 [Boris HORVAT / AFP/Archives]
Football Ligue 1 : Marseille avec ses trois champions du monde Mandanda, Rami et Thauvin

Ailleurs sur le web

Derniers articles