Le procès de Teddy Tamgho renvoyé au 13 novembre

Le triple sauteur français Teddy Tamgho, le 19 février 2011 à Aubière. [Thierry Zoccolan / AFP/Archives] Le triple sauteur français Teddy Tamgho, le 19 février 2011 à Aubière. [Thierry Zoccolan / AFP/Archives]

Le procès du triple sauteur français Teddy Tamgho, pour une altercation il y a un an dans le Var, a été renvoyé mardi au 13 novembre par le tribunal de police de Fréjus, a-t-on appris auprès du conseil du sportif, Me Emmanuel Daoud.

Les parties ont demandé ce report car elles n'avaient pas reçu l'intégralité du dossier.

Le détenteur du record du monde en salle du triple saut (17,92 m) devait comparaître devant le tribunal de police de Fréjus pour répondre de son rôle dans une altercation qui l'a opposé à une athlète amateur et deux proches de celle-ci, lors d'une séance d'entraînement au centre de formation de Boulouris, en octobre 2011.

Teddy Tamgho, alors âgé de 22 ans, était dans la région dans le cadre de sa rééducation consécutive de la blessure à la cheville droite qui l'avait privé des Mondiaux de Daegu en Corée du Sud l'été précédent.

Alors que l'athlète amateur fait état d'un début d'étranglement, de coups de genou dans la tête, de coups de poing et de coups de pied, Teddy Tamgho évoque de son côté un "petit accrochage" où "aucun coup" n'a été donné.

Suite à cette altercation, la commission de discipline de la Fédération française d'athlétisme (FFA) avait suspendu le triple sauteur 12 mois dont 6 ferme, et lui avait infligé 50 heures de travail d'intérêt général et une amende de 1.500 euros.

"J'ai commis une erreur regrettable", avait reconnu Tamgho à la sortie de la commission, tout en se disant "soulagé" d'avoir la possibilité de prendre part aux jeux Olympiques de Londres, puisque sa suspension prenait fin le 18 mai 2012. Finalement, en raison de nouveaux soucis à la cheville, l'athlète n'y a pas participé.

Vous aimerez aussi

Julia Boyer s'apprête à confronter son agresseur au tribunal correctionnel de Paris
Faits divers L'agresseur de Julia, jeune femme transgenre, condamné à dix mois de prison dont six mois ferme
Le maire LR de Levallois-Perret Patrick Balkany (g) et son avocat Eric Dupond-Moretti quittent le tribunal, le 13 mai 2019 à Paris [STRINGER / AFP]
Justice «Blanchiment», «corruption» : acte II du procès Balkany
Les Balkany sont poursuivis pour avoir omis de payer l'impôt sur la fortune et sous-évalué leurs revenus entre 2009 et 2014.
Justice Procès Balkany : prison ferme et 10 ans d'inéligibilité requis contre le couple

Ailleurs sur le web

Derniers articles