PSG-Montpellier sur fond de paris truqués

Les handballeurs de Montpellier, dont Nikola Karabatic, à leur arrivée le 28 septembre à Paris avant leur match contre le PSG le 30. [Bertrand Langlois / AFP] Les handballeurs de Montpellier, dont Nikola Karabatic, à leur arrivée le 28 septembre à Paris avant leur match contre le PSG le 30. [Bertrand Langlois / AFP]

Le Paris SG reçoit Montpellier dimanche (15h15) lors de la 2e journée de D1 pour un affrontement qui a de quoi faire saliver les amoureux de handball, même si le contexte est fortement alourdi par l'affaire de paris sportifs dans laquelle est impliqué le club héraultais.

Cette rencontre, tant attendue depuis le rachat en juin du PSG par le fonds d'investissement Qatar Sports Investments (QSI), devait permettre de célébrer la vitalité du hand français, porté aux nues depuis que l'équipe de France a conservé son titre olympique en août à Londres.

Mais la belle image a volé en éclats avec les révélations sur l'implication présumée de joueurs montpelliérains dans des paris sportifs et les suspicions de match truqué, autour d'une rencontre du Championnat le 12 mai dernier à Cesson.

C'est donc dans ce contexte pesant que va être disputé le premier choc de la saison entre Montpellier, quintuple champion en titre, et le PSG, désormais doté du plus gros budget de France, avec 9,2 millions d'euros.

L'atmosphère est particulièrement étouffante pour les Montpelliérains, sous intense pression médiatique depuis le début de la semaine. Patrice Canayer, leur entraîneur, ne s'en est pas caché samedi.

"Ce qui est clair, c'est que l'ambiance est un petit peu lourde", a-t-il admis. "Dire que le climat est agréable et détendu, ce serait mentir, mais on avance, on vit. On est concentré sur notre travail, on évite de trop penser à ce qu'il se passe autour."

Il a trouvé du réconfort dans le comportement "pour l'instant très positif" de son équipe, qui a montré une vraie force de caractère jeudi en Ligue des champions pour arracher le nul (37-37) sur le parquet des Allemands de Flensburg.

"Savoir où nous en sommes"

S'ils parviennent à faire abstraction de l'environnement, les coéquipiers de Nikola Karabatic peuvent s'imposer à Paris. Ils tournent déjà à plein régime, après avoir inscrit 90 buts sur les deux premiers matches de Championnat.

"Depuis la reprise, l'équipe est bien en place, fournit un handball de qualité", souligne Canayer, pour qui le vainqueur n'aura pas pour autant pris une option sur le titre, tant le Championnat s'annonce à ses yeux "assez homogène", avec "au moins six à sept" candidats au podium.

Au PSG, on pourrait voir comme une bénédiction ce qui arrive à Montpellier. Car, après avoir fait venir une dizaine de joueurs à l'intersaison, dont Didier Dinart, Luc Abalo ou le Danois Mikkel Hansen, le collectif parisien tâtonne encore un peu.

Mais les Parisiens refusent de se réjouir du malheur des autres, et espèrent seulement que le calme revienne dans un sport peu habitué à une telle surexposition.

"Que ce soit Montpellier ou Paris, on a bien l'intention que le sportif reprenne un petit peu ses droits", souligne Philippe Gardent, l'entraîneur parisien. "C'est une occasion rêvée pour pouvoir revaloriser l'image du handball."

Le visage montré par Montpellier à Flensburg l'a en tout cas impressionné. "S'ils sont perturbés, ça ne s'est pas trop ressenti", remarque-t-il, avant de préciser qu'il voit avant tout dans ce match "le moyen de savoir où nous en sommes, face à l'une des meilleures équipes d'Europe".

Vous aimerez aussi

Handball Nikola Karabatic opéré du pied et forfait pour le Mondial
Handball Le PSG veut se consoler avec le titre de champion de France
Handball Montpellier sacré champion d'Europe

Ailleurs sur le web

Derniers articles