Pas de miracle pour le Stade Français face au Leinster

Les Irlandais du Leinster se congratulent après avoir inscrit le premier essai de la finale du Challenge contre le Stade Français, le 17 mai 2013 à Dublin [Lionel Bonaventure / AFP] Les Irlandais du Leinster se congratulent après avoir inscrit le premier essai de la finale du Challenge contre le Stade Français, le 17 mai 2013 à Dublin [Lionel Bonaventure / AFP]

Le miracle espéré par le Stade Français en finale du Challenge européen n'a pas eu lieu et le club parisien a été logiquement battu (34-13) par les triple champions d'Europe du Leinster, vendredi à Dublin.

Les Parisiens avaient un rêve fou: sauver leur saison en offrant au club son premier titre européen sur la pelouse des géants d'Europe du Leinster. Mais, malgré toute leur volonté et leur débauche d'énergie, la cruelle réalité les a rapidement rattrapés face à une impitoyable équipe qui a sanctionné chacune de leurs erreurs.

Leur rêve n'aura finalement duré que trois minutes, le temps que l'ailier Isa Nacewa trouve un intervalle dans la défense parisienne, perce et envoie Ian Madigan à l'essai après un relais de Jonathan Sexton. Deux nouvelles actions et les Dublinois inscrivaient deux autres essais (Cronin 20, R. Kearney 29) pour mener 21-3 au bout de moins d'une demi-heure.

Les Parisiens n'avaient pas démérité mais leur domination en mêlée et leurs enchaînements de jeu étaient annihilés par leurs approximations dans les passes et leurs mauvais choix au moment de conclure.

Solides et patients, les Irlandais n'avaient qu'à attendre leurs erreurs pour ensuite déployer leur jeu précis et léché. Entre le dixième du Top 14 et un "grand d'Europe" qui jouait sans Gordon d'Arcy ni Brian O'Driscoll, blessés, et avec de nombreux titulaires sur le banc (Healy, Strauss, Cullen, Jennings) en vue de la finale de Ligue celtique face à l'Ulster samedi prochain, la comparaison a été cruelle.

Une page se tourne

Incapables de saisir leurs chances, les Parisiens ont en plus perdu deux de leurs joueurs-cadres, le pilier Aled de Malmanche (30) et le demi de mêlée Julien Dupuy (41). Malgré tout, ils ont étonnamment bien résisté à l'impact des entrées en jeu des internationaux dublinois avant l'heure de jeu.

Le joueur du Stade Français Pierre Rabadan est plaqué par le centre du Leinster Ian Madigan, le 17 mai 2013 à Dublin [Peter Muhly / AFP]
Photo
ci-dessus
Le joueur du Stade Français Pierre Rabadan est plaqué par le centre du Leinster Ian Madigan, le 17 mai 2013 à Dublin
 

Mais deux pénalités du toujours précis Jonathan Sexton (14 points au total, 100% de réussite), qu'ils retrouveront en Top 14 la saison prochaine sous les couleurs du Racing-Métro, et un ultime essai de Cian Healy (79) ont scellé leur défaite malgré un essai en bout de ligne de Jérémy Sinzelle (66).

Sur ce revers, amère mais logique conclusion d'un parcours européen marqué par deux belles victoires à l'extérieur à Bath (36-20) en quart de finale et à Perpignan en demi-finale (25-22), le Stade Français tourne une page de son histoire.

En quête depuis plusieurs années de sa gloire passée, le club parisien va accueillir un nouvel encadrement sportif dirigé par Gonzalo Quesada et des joueurs de stature internationale avec notamment l'ouvreur sud-africain Mornè Steyn et l'ailier australien Digby Ioane. Avec l'espoir de cette fois réussir à remporter son premier titre national depuis 2007 ou européen où ils ont échoué quatre fois (Coupe d'Europe 2001 et 2005, Challenge européen 2011 et 2013).

Leur malheur aura fait le bonheur de Perpignan, et de la province irlandaise du Connacht qualifiés par ricochet pour la prochaine Coupe d'Europe.

Vous aimerez aussi

Romain Teulet, l'arrière de Castres, s'apprête à tenter la transformation d'une pénalité contre Mont-de-Marsan en Top 14 le 20 avril 2013 au stade Pierre-Antoine à Castres [Remy Gabalda / AFP/Archives]
rugby Top 14: Romain Teulet, de Castres, tire sa révérence
Un ballon de rugby [Rémy Gabalda / AFP/Archives]
rugby Rugby : Agen domine La Rochelle dans le duel des prétendants
Les rugbymens de Montpellier saluent leur public après la rencontre face à Grenoble le 12 avril 2014 à Grenoble [Jean-Pierre Clatot / AFP]
rugby Le top 14, toujours fou et flou

Ailleurs sur le web

Derniers articles