UEFA: Platini identifie trois dangers "qui gangrènent le football"

Le président de l'UEFA Michel Platini (g) aux côtés de Sepp Blatter (d), président de la Fifa, lors de la finale de la Ligue des champions féminine, à Londres, le 23 mai 2013 [Ian Kington / AFP] Le président de l'UEFA Michel Platini (g) aux côtés de Sepp Blatter (d), président de la Fifa, lors de la finale de la Ligue des champions féminine, à Londres, le 23 mai 2013 [Ian Kington / AFP]

Michel Platini, président de l'UEFA, a identifié vendredi trois dangers qui "gangrènent de l'intérieur le football": les matches truqués, les discriminations et les dérives financières.

"Il y a tout d'abord les matches truqués et les paris. Notre système de surveillance des matches et notre réseau d'officiers d'intégrité présents dans chaque pays sont bien sûr utiles et même indispensables, mais ce n'est pas assez", a déclaré M. Platini lors du congrès de l'UEFA qui se tient à Londres.

"Nous ne sommes pas face à des petits délinquants qui cherchent à arrondir leurs fins de mois. Il semble que nous soyons dans certains cas plutôt face à des organisations de type mafieuses qui se servent de quelques matches pour blanchir de l'argent et donc salir notre sport", a-t-il ajouté.

Selon le président de la confédération européenne, "un seul match truqué est déjà un match de trop car on touche là à l'âme de notre sport, à l'essence même de notre jeu."

Platini a dès lors de nouveau réclamé "la création d'une police européenne du sport".

"Si par malheur cet appel n'est à nouveau pas entendu, je demande au moins à ce que chaque pays adopte une disposition spécifique de droit national portant sur les matches truqués afin de se doter enfin des outils juridiques nécessaires pour condamner sans concession les tricheurs", a-t-il dit.

Michel Platini a ensuite évoqué "le problème récurrent des discriminations". Selon lui, celles-ci, "qu'elles soient raciales ou sexuelles, existent encore aujourd'hui dans le football".

Au-delà de "la prévention et de l'éducation", le président français de l'UEFA a aussi insisté sur la nécessité de sanctions.

"Des sanctions exemplaires qui feront prendre conscience aux responsables - ou plutôt aux irresponsables - de la gravité de leurs actes", a-t-il dit.

Le congrès de l'UEFA se prononcera vendredi sur une résolution renforçant les sanctions contre les auteurs d'actes racistes dans les stades, qu'ils soient joueurs, dirigeants ou supporteurs.

Michel Platini est enfin revenu sur son grand projet en cours, celui du fair-play financier.

"Pour éviter que le système actuel ne s'écroule et que la bulle n'explose, il était du devoir de l'UEFA d'intervenir et il sera du devoir des instances indépendantes de sanctionner les quelques clubs qui n'ont pas pris conscience que le football ne peut plus vivre au-dessus des règles", a-t-il lancé.

Vous aimerez aussi

Le capitaine du Liverpool FC, Steven Gerrard (à gauche), quitte Anfield Road à Liverpool après la cérémonie du souvenir pour le 25e anniversaire de la tragédie de Hillsborough le 15 avril 2014 [Paul Ellis / AFP]
foot Il y a 25 ans, la tragédie d'Hillsborough
L'attaquant français Nicolas Anelka retourne sur le banc après avoir été remplacé par un coéquipier alors qu'il évoluait à West Bromwich Albion, ici contre  Everton, le 20 janvier 2014 au stade des Hawthorns [ / AFP/Archives]
foot Brésil : en attendant "Godot" Anelka
L'attaquant de la Juventus Sebastian Giovinco communie avec les fans après avoir marqué un but contre l'Udinese, le 14 avril 2014 au stade Friuli à Udine [ / AFP]
foot La Juventus sans pitié contre Udinese 3-1

Ailleurs sur le web

Derniers articles