Voile : des ténors, des bizuts et un revenant à la Solitaire du Figaro

Les bateaux de la Solitaire du Figaro le 1er juin 2013 sous le pont d'Aquitaine, à Bordeaux [Mehdi Fedouach / AFP] Les bateaux de la Solitaire du Figaro le 1er juin 2013 sous le pont d'Aquitaine, à Bordeaux [Mehdi Fedouach / AFP]

Quarante et un skippers, dont une femme et six étrangers, prendront dimanche à Pauillac, en aval de Bordeaux, le départ de la Solitaire du Figaro, le grand rendez-vous annuel qui a consacré la plupart des ténors de la course au large.

Des ténors, justement, il y en aura quelques-uns dans cette 44e édition d'une course qui se dispute à armes égales, sur des monocoques Figaro Bénéteau 2 de 10,10 m de long. Avec, à tout seigneur tout honneur, Michel Desjoyeaux, en quête d'une historique 4e victoire, après celles de 1992, 1998 et 2007.

A bientôt 48 ans, le double vainqueur du Vendée Globe devra pour cela vaincre une sacrée brochette de "pointures", parmi lesquelles Armel Le Cléac'h (victorieux en 2003 et 2010), Jérémie Beyou (2005, 2011) ou encore Nicolas Lunven (2009).

Sans oublier Yann Eliès, vainqueur l'an dernier et candidat déterminé au deuxième doublé d'affilée sur cette épreuve, après celui réalisé par Guy Cornou (1975, 1976), quand elle s'appelait encore Course de l'Aurore.

Mais derrière ces têtes d'affiche, de nombreux jeunes talents poussent très fort, avec pour ambition de déboulonner les anciens.

Morgan Lagravière (26 ans), champion de France de course au large en solitaire en 2012, Fabien Delahaye (28), son prédécesseur en 2011, ou Corentin Horeau (23) font partie des espoirs de la course au large française. Ils n'ignorent pas qu'une victoire au +Figaro+ serait le tremplin idéal pour accéder à des bateaux plus gros, comme les 60 pieds (18,28 m) du Vendée Globe ou les grands multicoques océaniques (Ultime, MOD70, etc.).

La liste des prétendants à la victoire est longue et, de l'avis général, une dizaine de skippers peuvent l'emporter le 23 juin, à l'issue de quatre étapes -Porto (Portugal), Gijon (Espagne), Roscoff (Finistère) et Dieppe (Seine-Maritime)- d'une course longue de 1.938 milles (3.589 km).

Au sein de cette flotte de 41 bateaux -4 de plus que l'an dernier, un chiffre encourageant compte tenu de la situation économique-, un revenant: Gilles Le Baud, 64 ans, vainqueur de la Solitaire en... 1973 et 1978.

Superbe défi pour le doyen de la course, qui ambitionne surtout de "se faire plaisir" et de se "retrouver dans l'ambiance". "Revenir, affirme-t-il, c'est comme un cadeau de pré-retraite".

Six étrangers -cinq Britanniques et un Irlandais- sont également engagés dans ce Figaro 2013. Les pronostics n'en font pas des vainqueurs potentiels mais le niveau de plusieurs d'entre eux grimpe régulièrement et ils ne doivent pas être pris à la légère.

Le départ sera donné de Pauillac dimanche à 13h00 par le maire de Bordeaux Alain Juppé, au lendemain d'un prologue (samedi) ne comptant pas pour le classement général, entre Bordeaux et Ambarès, en aval de la capitale de la région Aquitaine.

Arrivée prévue à Porto mercredi.

Vous aimerez aussi

Aisne Saint-Quentin : des «gilets jaunes» forcent une conductrice à retirer son voile
voile Route du Rhum : Alex Thomson s'écrase sur une falaise et repart après avoir utilisé son moteur
Loïck Peyron occupe la 6e place de la catégorie Rhum Multi.
Route du Rhum Loïck Peyron mène sa «barque»

Ailleurs sur le web

Derniers articles