Pro A : Nanterre prêt à faire basculer la série en finale

David Lighty (gauche) de Nanterre effectue un dunk contre Strasbourg lors de la finale des playoff de basket, le 31 mai 2013 [Patrick Hertzog / AFP] David Lighty (gauche) de Nanterre effectue un dunk contre Strasbourg lors de la finale des playoff de basket, le 31 mai 2013 [Patrick Hertzog / AFP]

Après avoir repris la main en finale de ProA de basket avec sa victoire vendredi à Strasbourg (84-79), Nanterre va chercher à confirmer mardi (20h30) au stade Pierre-de-Coubertin à Paris, dans un match N.3 probablement décisif pour l'issue de la série.

Deuxième de la phase régulière, Strasbourg avait l'avantage du terrain dans cette finale. La JSF le lui a repris en allant s'imposer au Rhénus vendredi et a maintenant deux matches à "domicile" (le match N.4 a lieu samedi à Coubertin) pour remporter la série.

Nanterre a dû s'expatrier à Coubertin, car son petit palais des sports, limité à 1500 places, n'est pas aux normes pour une finale. Doté du deuxième plus faible budget de ProA, Nanterre a défié toute logique en accédant à la finale.

S'ils deviennent champions de France, les Nanterriens auront réussi sans doute le plus grand exploit de l'histoire du basket français. Pour que cette perspective prenne corps, il leur faut absolument remporter ce match N.3, un moment souvent charnière dans une série en cinq rencontres.

Après le match N.1, remporté avec brio par la SIG (89-55), on avait craint que Nanterre ne soit pas à la hauteur, face à l'effectif très complet des Alsaciens, dotés d'un secteur intérieur redoutable.

Mais les Franciliens ont réagi avec classe dans le match N.2, pour signer leur première victoire de la saison face à la SIG. Ils avaient perdu les deux matches de saison régulière.

Cette fois-ci, ils sont parvenus à maîtriser Alexis Ajinça, la tour de contrôle du jeu alsacien, limité à 8 points et 6 rebonds. Et offensivement, ils ont réussi à mettre en position leurs shooteurs, euphoriques depuis le début des play-offs.

"Désormais, ils sont sûrs de leur capacité à nous battre et avec cette victoire nous leur avons donné de la confiance, regrette Vincent Collet, l'entraîneur strasbourgeois. Cette équipe de Nanterre a du coeur, de la solidarité et le côté guerrier qui en fait une belle équipe."

Les clés du match ne devraient pas être différentes mardi. Strasbourg essaiera de s'imposer dans la raquette et de mieux tenir le meneur Trenton Meacham (26 points vendredi). La JSF voudra impulser un rythme élevé, pour éviter de subir la puissance adverse.

Mais l'aspect mental devrait s'avérer prédominant. "Il faut que nous soyons morts de faim et que nous revenions à nos fondamentaux de jeu et retrouvions notre agressivité", prévient Collet.

Vous aimerez aussi

La vedette de l'Olympiakos Vasilis Spanoulis saute pour marquer un lay-up face au Panathinaïkos dans le derby d'Athènes pour le compte de l'Euroligue, le 10 avril 2014 dans la salle de la Paix et de l'Amitié [ / AFP/Archives]
basket Basket: Retrouvailles entre l'Olympiakos et le Real en Euroligue
Paul George, des Indiana Pacers, contre les Chicago Bulls en NBA le 24 mars 2014 à Chicago [Jonathan Daniel / AFP/Archives]
basket NBA : Indiana assuré d'être premier à l'Est, Memphis dernier ticket à l'Ouest
Lance Stephenson des Indiana Pacers lors d'un match de NBA, en février 2014 [Andy Lyons / Getty/AFP/Archives]
NBA Indiana pour la 1ère place, les Knicks pour l'honneur

Ailleurs sur le web

Derniers articles