Critérium du Dauphiné : Froome sur les traces de Wiggins

Christopher Froome célèbre sa victoire final sur le podium du Critérium du Dauphiné, avec Richie Porte (à gauche) et Daniel Moreno Fernandez (à droite), le 9 juin 2013 à Risoul [Jeff Pachoud / AFP] Christopher Froome célèbre sa victoire final sur le podium du Critérium du Dauphiné, avec Richie Porte (à gauche) et Daniel Moreno Fernandez (à droite), le 9 juin 2013 à Risoul [Jeff Pachoud / AFP]

Le Britannique Chris Froome a remporté le Critérium du Dauphiné, dimanche à Risoul (Hautes-Alpes), dans la reproduction exacte de la trajectoire de son compatriote Bradley Wiggins qui avait gagné ensuite le Tour de France l'année passée.

Froome, au-dessus du lot tout au long de la semaine, n'a essuyé qu'un seul et très relatif échec. Il n'a pu offrir le succès d'étape, le dernier jour, à son coéquipier australien Richie Porte, qui a pris toutefois la deuxième place du classement final, à 58 sec, et a assuré un nouveau "doublé" pour l'équipe Sky.

Dans le brouillard humide et froid enveloppant la station de Risoul, Froome a accéléré à 2 kilomètres de l'arrivée pour revenir sur le rescapé de l'échappée lancée dès le départ de la 8e et dernière étape, l'Italien Alessandro de Marchi. Porte, dans la roue de son chef de file, a plafonné et le porteur du maillot jaune a dû tenir compte du retour de l'Américain Andrew Talansky venu contrarier les plans du duo.

Le "cadeau" de Froome a profité ainsi à un autre destinataire. De Marchi, vainqueur avec 24 secondes d'avance sur le porteur du maillot jaune, a ouvert son palmarès à l'âge de 27 ans, après avoir déjà tenté en vain le coup gagnant, la veille, sur les pentes du col du Noyer.

"Cela aurait été bien de gagner l'étape mais on en a déjà eu deux dans l'équipe (Boasson Hagen et lui-même). Et puis, il était impossible de revenir sur De Marchi", a reconnu le Britannique.

Contador en simple équipier

A l'exemple de Froome, d'une facilité désarmante dans les derniers kilomètres, Alberto Contador a voulu aussi privilégier l'un de ses équipiers, l'Australien Michael Rogers, qui occupait la troisième place au départ de Sisteron (Alpes de Haute-Provence). Mais, comme pour le Britannique, l'opération voulue par l'Espagnol a échoué.

Rogers, lâché à 4 kilomètres du sommet, a franchi la ligne à plus d'une minute de ses adversaires directs. Il a reculé au classement à la 6e place derrière les Espagnols Dani Moreno (3e) et Dani Navarro (5e), et aussi le Danois Jakob Fuglsang (4e).

Avant la montée finale longue de 13,9 kilomètres (à 6,7 %), une sorte de l'Alpe d'Huez en version amincie, de nombreux abandons ont été enregistrés. Entre autres des deux chefs de file de l'équipe Europcar, Pierre Rolland (douleur au tendon d'Achille) et Thomas Voeckler, mais aussi de Sylvain Chavanel et du Belge Thomas de Gendt.

Malgré le froid - 1 degré au sommet du col de Vars ! - et la pluie, qui ont durci la course, Froome n'a jamais été mis en danger. Pas plus que son équipe, encore représentée par cinq coureurs (Froome, Porte, Thomas, Kennaugh, Boasson Hagen) dans le groupe de quelque 25 coureurs, à mi-pente dans l'ascension menant à Risoul.

Le Britannique né au Kenya a signé son 9e succès de la saison. Jusqu'à présent, son parcours 2013 s'assimile à un quasi sans-faute dans les courses par étapes: Tour d'Oman, Critérium international, Tour de Romandie et Dauphiné. Seul, Tirreno-Adriatico lui a échappé en mars dernier au profit de l'Italien Vincenzo Nibali qui, pour le devancer, avait exploité des conditions de parcours et de météo exceptionnelles.

Vous aimerez aussi

Azerbaïdjan Jeux Européens : quels sports sur quelle chaîne ?
Julian Alaphilippe Alaphilippe, la perle du cyclisme français
cyclisme Paris-Roubaix : la SNCF porte plainte contre X après le franchissement d’un passage à niveau

Ailleurs sur le web

Derniers articles