Dopage : le passeport biologique retardé

Un test antidopage Berlinger, le 28 juin 2008 à Paris [Joel Saget / AFP/Archives] Un test antidopage Berlinger, le 28 juin 2008 à Paris [Joel Saget / AFP/Archives]

La loi sur le passeport biologique, adoptée en mars 2012 et qui devait entrer en vigueur le 1er juillet prochain, ne sera pleinement effective au plus tôt qu'en fin d'année, a indiqué mardi le président de l'Agence française de lutte contre le dopage, Bruno Genevois.

Le "comité de préfiguration" chargé de permettre une meilleure concertation avec le mouvement sportif n'a commencé à se réunir qu'en fin d'année dernière et il devrait "adopter son rapport la semaine prochaine" seulement, selon M. Genevois.

Et ce "rapport ne sera pas suffisant pour que la loi s'applique pleinement" le 1er juillet 2013. "Même si certains dispositifs de la loi s'appliquent eux-mêmes", "dans son volet répression éventuel, elle suppose l'intervention d'un décret du Conseil d'Etat qui nécessitera quelques délais. J'espère qu'il verra le jour d'ici la fin de la présente année civile", a-t-il ajouté lors de la présentation du rapport d'activité 2012 de l'AFLD.

Le passeport est un document électronique consignant tous les tests passés par un sportif, à partir desquels est établi un profil. En cas de variations anormales de son profil et notamment de certains paramètres sanguins, le sportif peut être accusé de dopage.

Le passeport biologique ne remplace pas les contrôles antidopage classiques. Il contribue plutôt à les renforcer, en permettant un meilleur ciblage.

La Fédération internationale de cyclisme (UCI) a joué les pionnières en se lançant la première dans l'aventure en janvier 2008, suivie par des sports d'hiver, comme le biathlon, le patinage et le ski.

Depuis que l'Agence mondiale antidopage (AMA) a établi un cadre réglementaire au passeport en décembre 2009, et surtout depuis que le Tribunal arbitral du sport (TAS) a reconnu sa validité juridique en 2009 et 2010, de plus en plus de fédérations l'ont adopté, notamment le triathlon, l'athlétisme et la natation.

La loi de mars 2012 prévoit que ce passeport concerne les sportifs de haut niveau, les espoirs et les professionnels. En cas d'anomalie, un examen scientifique sera réalisé par un comité de trois experts avec possibilité pour le sportif de faire des observations. Après avis conforme à l'unanimité des experts, une procédure disciplinaire sera engagée.

Vous aimerez aussi

Angence mondiale antidopage à Montréal, le 20 septembre 2016 [Marc BRAIBANT / AFP/Archives]
sports Dopage : malgré les critiques, l'AMA lève ses sanctions contre la Russie
Le champion olympique des super-lourds, Tony Yoka, célèbre sa victoire face au Britannique Dave Allen, à Paris, le 23 juin 2018 [PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives]
Boxe Dopage : la suspension d'un an de Tony Yoka confirmée par le Conseil d'Etat
L'ancien international français Samir Nasri, alors sous le maillot du FC Séville, lors d'un match de Liga à Gijon, le 29 octobre 2016 [MIGUEL RIOPA / AFP/Archives]
Ligue des champions Dopage : L'UEFA alourdit en appel à 18 mois la suspension de Samir Nasri

Ailleurs sur le web

Derniers articles