La lutte antidopage handicapée par le manque d'argent

Le président de l'AMA John Fahey le 12 mai 2013 à Montréal [Rogerio Barbosa / AFP] Le président de l'AMA John Fahey le 12 mai 2013 à Montréal [Rogerio Barbosa / AFP]

John Fahey, président de l'Agence mondiale antidopage (Ama), a déploré les faibles "moyens financiers" consacrés à la lutte antidopage, en clôturant jeudi la série d'auditions menée par la commission d'enquête sénatoriale sur l'efficacité de cette lutte.

"La lutte antidopage manque de moyens financiers. Comment peut-on lutter efficacement avec un budget de 28 millions de dollars - le budget de l'Ama?", s'est-il interrogé. "Ce n'est pas réaliste. Si nous voulons protéger la santé de nos jeunes athlètes et les rêves de tous ceux qui pratiquent le sport proprement, il nous faut augmenter nos sources de financement, trouver de nouvelles sources directes ou indirectes."

M. Fahey, qui quittera en novembre la tête de l'Ama après 6 ans de présidence, a par ailleurs plaidé pour la pénalisation de la consommation de produits dopants, mesure qu'il ne peut pourtant pas "exiger d'Etats souverains. Le Parlement norvégien vient de pénaliser la consommation et la détention de produits dopants et je m'en félicite. Plus les lois sont contraignantes, plus la lutte est efficace."

John Fahey était la dernière personnalité à s'exprimer devant les sénateurs. Au total, plus de 80 personnes auront été auditionnées par la commission d'enquête depuis ses débuts, il y a trois mois, lançant parfois des pavés dans la mare à l'instar de Françoise Lasne, directrice du laboratoire antidopage de Chatenay-Malabry, qui avait déclaré le 27 mars que le rugby était le sport le plus touché par le dopage.

L'émoi provoqué dans le monde du rugby avait été décuplé fin mai par les propos tout aussi accusateurs de l'ex-international Laurent Bénézech.

Laurent Jalabert, Didier Deschamps et Jeannie Longo, auditionnés à huis clos, Travis Tygart, patron de l'agence américaine antidopage, ont chacun leur tour créé l'événement devant les sénateurs qui disposent désormais d'un mois pour rédiger un rapport attendu le 10 juillet pour validation, le 18 pour publication.

Auditionnée mercredi, la ministre des sports Valérie Fourneyron a confirmé que ce texte serait l'une des références du volet antidopage de la loi-cadre sur le sport qu'elle présentera fin 2013.

À suivre aussi

Le président de l'Agence russe antidopage (Rusada) Youri Ganus en conférence de presse à Moscou, le 22 janvier 2019 [Vasily MAXIMOV  / AFP/Archives]
Dopage A dix mois des JO de Tokyo, la Russie revient dans le viseur de l'Agence mondiale antidopage
Le contrôle a eu lieu le lendemain du premier match des Bleus contre l’Allemagne.
Basket Le coup de gueule de Rudy Gobert après un contrôle antidopage matinal
Jan Ullrich suivait un traitement aux Etats-Unis contre ses addictions.
Cyclisme L’ancien vainqueur du Tour de France Jan Ullrich condamné pour l’agression d’une escort-girl

Ailleurs sur le web

Derniers articles