Karim Benzema ne reviendra pas, par Pierre Ménès

Karim Benzema n’a plus été appelé en équipe de France depuis l’automne 2015. Karim Benzema n’a plus été appelé en équipe de France depuis l’automne 2015.[Aurelien Meunier / Icon Sport]

Karim Benzema a un don. Pas seulement celui de savoir marquer des buts. L’attaquant du Real Madrid a aussi cette capacité d’alimenter de façon régulière l’actualité. De sa propre initiative, ou pas.

Sa désormais récurrente absence en équipe de France ne cesse de nourrir les débats, avec d’un côté ceux qui militent pour le retour de celui qui est incontestablement le meilleur attaquant français avec son club, et, de l’autre, ceux qui ne veulent à aucun prix le revoir en raison de son comportement, à la fois avec les Bleus, et surtout avec Mathieu Valbuena.

Le nouvel élément a été son interview dans L’Equipe au timing plus ou moins douteux, car elle précédait de 24 heures seulement l’annonce de la liste de Didier Deschamps pour les trois rencontres des Tricolores au mois de juin. Dans cet entretien, l’ancien Lyonnais a fait état de sa volonté de rejouer avec l’équipe de France. Une envie qu’on ne peut pas lui reprocher.

Ce qui est moins louable, c’est de réclamer des explications au sélectionneur de cette manière. Ce sont surtout ses déclarations sur Mathieu Valbuena qui sont d’une maladresse sans nom. «Tout est parti de son histoire. On ne sait pas la vérité. En plus, quand je l’entends dire maintenant qu’il est prêt à rejouer avec moi, qu’il ne m’en veut pas… Il y a vraiment quelque chose qui ne va pas chez lui !», s’est emporté Karim Benzema avant d’ajouter : «Il me rend fou à continuer de mentir ! Tout ça vient de lui, cette affaire de sextape. Il avait juste à dire la vérité sur ce qui s’est vraiment passé. Derrière, il n’y aurait pas eu tout ça.»

Un discours dénué de toute volonté d’apaisement avec un ton menaçant, qui a évidemment fortement déplu à Didier Deschamps. Car on sait que le sélectionneur ne veut voir aucune tête dépasser en équipe de France. Mais la réponse de Mathieu Valbuena sur son compte Twitter n’est pas forcément plus brillante. «La calomnie est l’arme de l’impuissant ! C’est affligeant ! La vérité, c’est la justice qui la rétablira», a rétorqué le Lyonnais.

Des discours divergeants

Toujours est-il que dans cette histoire, Karim Benzema est toujours mis en examen et il est difficile de tout mettre sur le compte de la maladresse. Mais on peut aussi dire qu’il a été suffisamment puni, car cela fait maintenant plus d’un an et demi qu’il n’a pas remis les pieds chez les Bleus. Surtout que les discours divergent à son égard. Il est considéré comme sélectionnable par le président de la fédération, Noël Le Graët, mais toujours pas par Didier Deschamps, qui, pour une fois, a daigné s’exprimer sur le sujet, hier, lors de l’annonce de son groupe.

«J’ai un groupe dans lequel il y a un équilibre, une harmonie, une dynamique. J’ai fait confiance à des joueurs qui ont répondu sur le terrain, j’ai incorporé de jeunes joueurs car je considère qu’ils ont un fort potentiel. Je suis l’uni­que décideur, je prends des décisions dans un cadre sportif. Pour moi, j’ai toujours considéré qu’un grou­pe est au-dessus de tout, je prends toujours des décisions pour le bien de l’équipe de France», a-t-il réagi. Au moins, les choses sont clairement dites. Dans l’esprit du sélectionneur, la présence de Karim Benzema est nuisible au groupe. Il n’y a pas besoin d’avoir bac+10 pour le comprendre. Et donc, tant que Didier Deschamps sera le sélectionneur, il n’y a pratiquement aucune chance pour qu’il revienne en sélection.

C’est regrettable sur le plan sportif, car on peut penser qu’avec une attaque composée de Karim Benzema, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé, les Bleus auraient de quoi faire peur au monde entier lors du prochain Mondial, dans un an. Didier Deschamps fait, selon lui, le meilleur choix, mais ce n’est peut-être pas le bon. Depuis le temps qu’il a été sanctionné, Karim Benzema aurait mérité d’être revu, aussi bien pour juger son comportement avec les autres que son implication sous le maillot bleu, qui n’a pas toujours été à la hauteur de son rendement à Madrid.

Toute cette histoire est à la fois regrettable et typiquement française de se tirer des balles dans le pied. Mais, encore une fois, à la lecture de l’interview de Karim Benzema, il a largement contribué à appuyer sur la gâchette.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles