Garcia veut continuer de planer

Caroline Garcia n'a encore jamais disputé de quart de finale en Grand Chelem. Caroline Garcia n'a encore jamais disputé de quart de finale en Grand Chelem.[Anthony Dibon/Icon Sport]

Quand Kristina Mladenovic a attiré toute la lumière sur elle dans le tableau féminin, Caroline Garcia a fait son petit bonhomme de chemin dans son coin, presque dans l’ombre, pour s’envoler jusqu’en quarts de finale, où elle retrouvera, ce mercredi, Karolina Pliskova.

Avant le début de la quinzaine, rien ne laissait penser qu’elle puisse aller aussi loin dans le tournoi et faire partie des huit meilleures joueuses de ces Internationaux de France. Elle est, elle-même, la première surprise. «Quand je suis arrivée à Paris, je ne pensais pas obtenir ce résultat, a-t-elle expliqué. L’objectif, c’était juste essayer de profiter.»

Car la Lyonnaise a connu un début de saison loin des attentes avec des demi-finales à Monterrey (Mexique) et Strasbourg comme uniques faits d’armes. «J’ai vécu des semaines très compliquées, a-t-elle confié. J’ai paniqué par moments, je ne savais plus trop où j’étais, mais j’ai continué à travailler.» Cette persévérance est en train de porter ses fruits avec ce premier quart de sa carrière en Grand Chelem.

Au fil de temps, elle a retrouvé cette hargne et cette combativité qui lui faisaient défaut sur le terrain. «J’ai plus l’impression d’être moi-même sur le terrain, d’être agressive, d’aller chercher mes matchs», a expliqué Garcia, qui a débarqué avec un tout état d’esprit. Elle se focalise uniquement sur elle-même sans se soucier du regard des autres qui avaient une influence néfaste sur son jeu. «Avant, je portais trop d’attention à ce que les gens disaient de moi, à leurs jugements, a détaillé la Lyonnaise. Sur ce tournoi, j’ai décidé de prendre de la distance sur pas mal de choses.»

Une attitude qu’elle va devoir conserver pour affronter la tête de série n°2, pas très à son aise sur terre battue et qui l’a échappé belle au tour précédent contre la Paraguayenne Veronica Cepede Royg. «je l’ai jouée pas mal de fois. Je connais son jeu, et notamment son service redoutable, a insisté Caroline Garcia. Il faudra m’appuyer sur mes points forts pour avoir ma chance.» Et continuer de planer au-dessus de la Porte d’Auteuil.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles