Lucas Pouille : «Le Rolex Paris Masters est l’un des objectifs de ma saison» 

Lucas Pouille veut profiter du Rolex Paris Masters pour bien terminer la saison avant la finale de la Coupe Davis. Lucas Pouille veut profiter du Rolex Paris Masters pour bien terminer la saison avant la finale de la Coupe Davis.[Photoshot / Icon Sport]

Il lui reste deux grands rendez-vous pour clôturer de belle manière une saison en demi-teinte. Et avant la finale de la Coupe Davis (24-26 novembre), Lucas Pouille, engagé cette semaine à Vienne et ambassadeur de Rolex, se veut ambitieux au Rolex Paris Masters. Un tournoi qui lui tient particulièrement à cœur.

Que représente le Paris Rolex Masters pour vous ?

J’y suis très attaché. Il m’a permis de me révéler, car c’est là où j’ai eu mes premiers résultats dans l’un des plus tournois au monde en 2014. J’avais atteint les 8es de finale avant d’être éliminé par Roger Federer. J’en garde encore de très bons souvenirs et c’est toujours un grand plaisir de revenir.

Il y a aussi la motivation de jouer devant son public…

En France, il y a Roland-Garros et le Paris Rolex Masters. C’est un moment fort de l’année et un des objectifs principaux de ma saison. J’ai envie de briller devant le public français.

Avez-vous un objectif ?

Je ne me fixe pas d’objectifs précis en termes de résultat. Chaque match est très dur à gagner et je vais tout donner pour aller le plus loin possible et rien n’avoir à regretter.

Comment jugez-vous votre saison ?

Elle n’a pas du tout été satisfaisante. Je n’ai pas eu les résultats souhaités surtout dans les grands tournois. Elle avait pourtant bien commencé avec notamment une demi-finale à Monte-Carlo et des titres à Budapest puis à Stuttgart. Mais il y a eu des hauts et des bas et je fais tout faire pour finir en haut. D’autant qu’il reste encore deux gros objectifs, qui plus est en France, avec le Paris Rolex Masters et la finale de la Coupe Davis pour clôturer la saison de la plus belle des manières et pouvoir préparer au mieux la prochaine.

Comment expliquez-vous cette saison en dent de scie ?

Je n’ai pas encore pris le temps pour analyser ce qui n’a pas fonctionné. J’ai préféré mettre ça derrière moi et me concentrer sur la fin de saison pour essayer de la finir du mieux possible.

Elle était pourtant présentée comme la saison de la confirmation pour vous…

Si j’avais fait aussi bien que la saison dernière, je n’aurai pas été satisfait. Quand j’ai commencé la saison, j’avais envie de faire mieux, j’avais des objectifs bien élevés et je ne les ai pas atteints.

Qu’est-ce qu’il vous manque pour intégrer le top 10 ?

Il me manque de la constance surtout lors des gros événements pour mieux figurer au classement. Il faut bien jouer et avoir des résultats en Masters 1000 et en Grand Chelem pour engranger des points et monter au classement. Et c’est ce qu’il m’a fait défaut cette année.

Pourtant, c’était peut-être l’année ou jamais cette saison avec les nombreuses absences…

Au final, il n’y a pas eu trop de changements dans les vainqueurs de Grand Chelem avec deux pour Rafael Nadal et deux pour Roger Federer. C’est pratiquement la même chose dans les Masters 1000. Il reste le Paris Rolex Masters pour essayer de bousculer la hiérarchie.

Quel regard portez-vous justement sur les retours au premier plan de Nadal et Federer ?

Je ne suis pas étonné. Il ne faut jamais enterrer trop tôt ce genre de grands champions. Ce sont des joueurs à part. On a tous des moments difficiles dans une carrière, et, eux, ils ont su prendre le temps nécessaire pour revenir avec une envie folle.

Le Rolex Paris Masters du lundi 30 octobre au dimanche 5 novembre, en direct, sur Canal+ Sport et Canal+ Tennis.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles