Ligue Europa : tout savoir sur le RB Leipzig, adversaire de l'OM

Le RB Leipzig a terminé vice-champion en Allemagne en 2017.[Firo / Icon Sport]

Adversaire de l'Olympique de Marseille en Ligue Europa, le RB Leipzig fait beaucoup parler de lui en Allemagne. Fondé en 2009 par la marque RedBull, le club franchit les étapes à vitesse grand V.

Vice-champion d'Allemagne en 2016, le RB Leipzig s'est qualifié pour la Ligue des champions dès sa première saison en Bundesliga. Mais quel est son secret ? Tout a commencé en 2009 lorsque Dietrich Mateschitz, propriétaire de la marque Red Bull GmbH, société productrice de la boisson énergisante du même nom, a racheté la licence de l’équipe première d’un club amateur situé à 13 kilomètres de Leipzig pour 350 000 euros, le SSV Markranstädt. 

Toutefois si les initiales sont «RB», elles ne veulent pas dire «Red Bull». En effet, la Fédération allemande de football interdisant à un club de porter le nom d’une marque, RB veut dire «RasenBallsport», que l'on traduira littéralement par «sport de balle sur pelouse».

Une histoire qui n'a pas permis au club de se faire que des amis outre-Rhin. Dans toutes les divisions traversées, Leipzig a été insulté par les supporters adverses. Et forcément les excellents résultats n'ont rien arrangé. Cela va même jusqu'à toucher la sélection nationale. En septembre dernier, certains supporters de la Mannschaft ont invectivé Timo Werner, l'attaquant-star du RB Leipzig.

Sans oublier qu'une règle importante du football allemand a été contournée par le club dont le stade se nomme la Red Bull Arena. La loi dite du «50 + 1» qui oblige les investisseurs à ne pas détenir plus de 49 % des parts du club, le reste devant appartenir à une association à but non lucratif. Mais les membres de l'association seraient, ici, tous salariés de Red Bull.

Beaucoup de «clubs satellites»

A noter que Leipzig n'est pas le seul club de football à avoir été racheté par cette marque. En 2005, le club autrichien de l'Austria Salzbourg est devenu le Red Bull Salzbourg. Depuis ce rachat, huit titres de champion en douze ans sont venus garnir la salle des trophées. Néanmoins, s'il est souvent champion, le club ne dispute pas la Ligue des champions et se retrouve toujours éliminé lors des tours préliminaires et donc reversé en Ligue Europa. Il faut dire qu'il n'aurait pas pu jouer la C1 puisque l'UEFA interdit que deux clubs appartenant au même patron disputent une même compétition.

Pour éviter également d'être «hors la loi», le club a fait changer son logo qui ressemblait comme deux gouttes à celui de la marque de boisson énergisante. Ce qu'avait également fait le Red Bull Salzbourg. Seule la franchise de New York peut garder ce logo.

Mais si le club possède beaucoup d'argent, il ne cherche pas à attirer les grandes stars du ballon rond, comme le font le PSG ou Manchester City - détenus par le Qatar et les Emirats Arabes Unis. Le RB Leipzig a adopté la politique de trading de joueurs pour équilibrer ses comptes, comme Monaco. Le club allemand a mis au point une politique de recrutement de jeunes joueurs talentueux à fort potentiel de plus-value à la revente. Et s'appuie notamment sur ses fameux clubs satellites en Autriche, au Brésil (Sao Paulo) et désormais en Afrique (Ghana).

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles