NBA Playoffs : Cinq observations après le Game 1 entre les Rockets et les Warriors

Les Warriors ont récupéré l'avantage du terrain grâce à leur victoire dans le Game 1 face au Rockets en finale de conférence Ouest.[RONALD MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Vainqueurs des Houston Rockets dans le Game 1 de la finale de conférence Ouest (119-106), les Warriors de Golden State auront mis 48 minutes pour récupérer l’avantage du terrain face à la meilleure équipe de la saison régulière.

Pour les fans de la franchise texane, cette défaite est particulièrement difficile à encaisser. Remporter ce premier match à la maison face aux champions en titre était une occasion unique de mettre la pression sur les Californiens. Surtout que Stephen Curry n’a pas particulièrement brillé en attaque (18 points, 1/5 à trois points).

Le duel offensif absolument fabuleux que nous ont offert Kevin Durant (37 points) et James Harden (41 points) est la première chose qui vient à l’esprit quand on repense à cette rencontre.

Mais qu’est-ce qui a vraiment permis aux Warriors de repartir avec une victoire de +13 points sur leur principal rival ? Voici cinq observations permettant de mieux saisir ce qui s’est passé dans ce Game 1 :

Trop de ballons perdus

Avant ce Game 1, Houston pointait à la première place des équipes perdant le moins le ballon dans ces playoffs (9,7). Face aux Warriors, ils en ont perdu 16, soit leur plus grand total de ces phases finales. Golden State, qui a toujours eu une fâcheuse tendance à perdre des ballons, n’en a laissé filer que 9. A noter que Houston affiche un bilan de 10v-0d cette saison (saison régulière + playoffs) quand ils ne perdent que 10 ballons ou moins.

Houston, ou comment trop d'isolation tue l'isolation

Selon le site Second Spectrum, Houston a totalisé pas moins de 45 isolations dans ce premier match, soit le plus grand nombre enregistré dans n’importe quel match (saison régulière + playoffs) ces cinq dernières années. Et c’est plus du double que leur moyenne cette saison (22 isolations/match, 1er de la NBA). James Harden en a cumulé à lui seul 26, soit près de neuf isolations de plus que sa moyenne en saison régulière. Et qu’on ne s’y trompe pas. Cela fait totalement partie de la stratégie des Warriors. Isoler Harden et Chris Paul en attaque, les forcer à créer leur propre tir (et s’épuiser en le faisant), tout en contenant le reste de l’équipe. Clint Capela n’a pratiquement jamais reçu de passe lobée dans cette rencontre, et termine la rencontre avec 12 points. Les Rockets n’ont tenté que 37 tirs à trois points, soit cinq de moins que leur moyenne en saison régulière. Pourquoi ? Les Warriors bloquaient les lignes de passes vers les tireurs extérieurs, ou l'horloge des 24 était en passe d'expirer (plus sur ce point plus tard). Au final, Harden et Paul ont inscrit 64 points, avec un excellent 54% aux tirs. Les autres ? 42 points, et 39% aux tirs.

Attention, KLAY Thompson est ouvert !!!

Klay Thompson est un des meilleurs artilleurs de la NBA. Parce que Stephen Curry est une menace permanente que la défense surveille en permanence comme le lait sur le feu, et que Kevin Durant est une machine à marquer des points dès qu’il franchit la ligne médiane, les Rockets ont trop souvent perdu la trace de Klay Thompson sur le périmètre. Avec 11 points dans le 4e quart temps, l’arrière des Warriors leur a fait payer cher cette nonchalance défensive.

Les «Hamptons 5» tournent à plein régime

©ESPN

Selon cet autre graphique, on réalise que le cinq majeur des Warriors a écrasé Houston en deuxième période.

Les fans des Rockets peuvent toutefois espérer que les seconds couteaux, notamment Ariza (qui a eu des problèmes de fautes), P.J. Tucker et Luc Mbah a Moute ne termineront pas avec un piteux 1/9 à trois points le prochain match. Tout espoir n’est pas perdu.

Une défense californienne étouffante

La défense des Warriors est probablement ce qui distingue cette équipe des Rockets. Alors que les Texans n’ont personne véritablement capable de freiner Kevin Durant, Golden State a réussi à mettre en place une stratégie défensive collective ultra-efficace dans ce Game 1. Houston a vu l’horloge des 24 secondes expirer à trois reprises dans cette rencontre, et 19 tirs ont été pris avec seulement 5 secondes restantes. Les Rockets vont devoir trouver le moyen de mettre leur système en place plus rapidement en attaque (au risque de perdre des ballons), et d’impliquer plus les coéquipiers autour de Chris Paul et James Harden. Aussi formidables soient-ils, le duo des Rockets ne sera pas en mesure de battre les Warriors à lui tout seul. Et surtout pas en accumulant les isolations comme ils l’ont fait dans ce premier match.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles