NBA Playoffs : Cinq observations après le Game 4 entre les Rockets et les Warriors

Chris Paul a inscrit 27 points dans la victoire des Rockets face aux Warriors dans le Game 4 des finales de conférence Ouest. La série est à égalité 2-2.[EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Quel match ! Les Houston Rockets ont réussi à s’imposer sur le parquet des Warriors (95-92) au terme d’un Game 4 où la défense des texans s’est révélée décisive.

Enterrés par une partie des observateurs après leur défaite de 41 points dans le Game 3, les Houston Rockets ont réalisé un véritable exploit en venant s’imposer à l’Oracle Arena pour égaliser à 2-2 dans cette série qui tient, finalement, toutes ses promesses. Voici cinq observations sur ce quatrième match complètement fou qui redonne l’avantage du terrain à l’équipe texane.

La force mentale des Rockets

Chris Paul et James Harden ont souvent été critiqués pour leur incapacité à répondre présents dans les grands moments en playoffs. Ce Game 4 était la meilleure réponse qu’ils pouvaient offrir à leurs détracteurs. Les Warriors ont débuté la rencontre sur un 12-0, ils restaient sur une série de 16 victoires consécutives en playoffs à domicile (record NBA), Stephen Curry a planté autant de points dans le 3e quart temps que l’effectif complet de Houston (17 points), mais les Rockets se sont finalement imposés. Énorme victoire de Houston.

Une défense impénétrable

Après son éruption offensive dans le 3e quart temps, Stephen Curry n’a pas brillé dans les douze dernières minutes. Kevin Durant non plus. Les Warriors ont été tenus à un piteux 3/18 aux tirs, dont 0/6 à trois points par la défense des Rockets. Curry (1/8) et Durant (1/5) ont trop cherché à forcer les choses dans ce dernier quart temps, sans jamais trouver le bon rythme offensivement. Selon Mike D’Antoni, il s’agit de la meilleure défense proposée par son équipe cette saison. Difficile de lui donner tort.

Une triste première pour Golden State

Le triste 16,7% de réussite aux tirs des Warriors dans le 4e quart temps est largement le pire quart temps en termes d’adresse de la part des Warriors cette saison. Les Californiens n’avaient jamais perdu un match, depuis que Steve Kerr est coach, après avoir dominé un adversaire de 15 points ou plus dans le 3e quart temps. Ils étaient à 51v-0d avant la défaite d’hier soir. De quoi inquiéter les fans de Golden State ? Un petit peu quand même.

L’ombre d’Andre Iguodala

L’absence d’Andre Iguodala s’est fait ressentir du côté des Warriors, tant en défense que dans la distribution du jeu. Elle a forcé Steve Kerr à modifier sa rotation. L'exemple le plus flagrant ? Draymond Green termine la rencontre avec 45 minutes jouées (sur 48). Du côté de Houston, seuls sept joueurs sont entrés sur le terrain, et quatre joueurs ont atteint ou dépassé les 40 minutes de jeu. Donc aucune excuse pour les champions en titre.

Erreur fatale

Les Warriors ont perdu 16 ballons dans ce Game 4, ce qui a permis aux Rockets de produire 13 points en contre-attaque. Encore une fois, Golden State est victime de son manque de concentration et de discipline. Face aux Rockets, dont l’efficacité offensive n’est plus à prouver, chaque erreur s’accumule aux autres, et peut se révéler fatale quand Houston parvient à capitaliser dessus. Le Game 5 s’annonce ultra-tendu.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles