Equipe de France : le cas Paul Pogba fait encore débat

Le statut du milieu de terrain de Manchester United est de plus en plus fragile.[ Anthony Dibon/Icon Sport]

Il est sous le feu des critiques. Le rendement de Paul Pogba en équipe de France commence de nouveau à faire parler, à moins de dix jours de l’entrée des Bleus à la Coupe du monde en Russie (14 juin-15 juillet).

Le statut du milieu de terrain de Manchester United est de plus en plus fragile. D’autant qu’avec la montée en puissance de Corentin Tolisso, qui ne cesse de rendre des copies très intéressantes sous la tunique bleue, les interrogations se font de plus en plus nombreuses. Dernièrement, le public niçois de l’Allianz Riviera n’a pas hésité à le siffler après sa prestation mitigée face à l’Italie (3-1).

Que va décider Didier Deschamps ?

Le natif de Lagny-sur-Marne, qui paie souvent une image de joueur nonchalant et arrogant, sait d’ailleurs qu’il est jugé plus «durement» que ses coéquipiers. «Je suis l’homme qui est jugé autrement, a-t-il expliqué dans un entretien publié, mardi, par France Football. On ne me juge pas comme un milieu de terrain. Je suis un 8. Je marque des buts. D’autres à mon poste n’en marquent pas, ne sont pas décisifs, mais je suis moins bon qu’eux.»

Si cette saison, José Mourinho n’a pas hésité à lui préférer un autre joueur parfois moins expérimenté, que va décider Didier Deschamps ? «Si je l’ai pris, c’est qu’il est indispensable. J’ai confiance en lui, a indiqué le sélectionneur tricolore. Je sais ce qu’il peut faire, à lui de hausser son niveau de jeu.»

Ce n’est pas la première fois que son statut est remis en cause en équipe de France. Il y a deux ans, lors de l’Euro 2016 à domicile, le patron des Bleus l’avait d’ailleurs laissé sur le banc dès le deuxième match de la compétition face à l’Albanie – il était alors entré en jeu en seconde période –, après avoir rendu une pâle copie lors de la rencontre initiale face à la Roumanie. Pour le moment, «DD» le soutient et ne souhaite pas le faire sortir du onze de départ. Mais sa patience pourrait avoir des limites. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles