NBA : les 5 choses à savoir après l’arrivée de LeBron James aux Lakers

LeBron James a rejoint les Lakers pour les quatre saisons à venir. [©B/R]

LeBron James évoluera sous le maillot des Lakers la saison prochaine, mais des doutes subsistent sur l’identité des joueurs qui évolueront à ses côtés.

La décision de «King James» de rejoindre la franchise de Los Angeles était probablement un des secrets les moins bien gardés de l’histoire de la free agency. Tout le monde, ou presque, savait que le quadruple MVP de la ligue poserait ses valises sur la côte californienne cette saison depuis au moins un an. Trop de rumeurs, et trop d’indices satellites attestant d’une réelle volonté de changer d’air dans le camp de James, pointaient dans cette direction.

Ce qui est plus surprenant, c’est que LeBron James paraît bien seul pour le moment sous le maillot violet et or. Paul George, que tout le monde attendait aux Lakers dès la première seconde de la free agency, a finalement décidé de rester au Thunder d’Oklahoma City. Les discussions entre les Lakers et les Spurs concernant Kawhi Leonard sont éminemment compliquées. Et les premières signatures du club n’incitent pas à la confiance.

On fait le point sur les cinq choses à retenir suite à l’arrivée de LeBron James aux Lakers.

LeBron James, une star parmi les stars

Los Angeles, c’est la Californie, les plages, les stars, et les Lakers. Avec l’arrivée de LeBron James, la franchise peut désormais s’enorgueillir d’avoir vu six des huit meilleurs marqueurs de l’histoire de la NBA porter le maillot violet et or.

Comme Wilt Chamberlain, Kareem Abdul-Jabbar ou encore Shaquille O’Neal avant lui, l’ailier passe de l'Est à l’Ouest pour rejoindre cette équipe mythique qui, une fois qu’elle parvient à mettre ses mains sur une superstar (aucune autre allusion que sportive #MeToo), ne tarde jamais à soulever le trophée Larry O’Brien quelques temps après.

LeBron James vient de signer quatre ans aux Lakers, ce qui laisse un peu de temps à Earvin «Magic» Johnson et Rob Pelinka, respectivement président et manager général, pour construire un effectif susceptible de rivaliser avec les Rockets et les Warriors (garder les jeunes actuels pourraient être la meilleure solution... mais bon). Les fans de Los Angeles peuvent se réjouir, car le plus difficile était de convaincre James de rejoindre le club. Maintenant que cela est fait, il ne reste plus qu’à bâtir autour de celui qui est, encore aujourd’hui, le meilleur joueur de la ligue.

Drôles de premières recrues

Si LeBron James a prouvé être capable de porter une équipe médiocre jusqu’aux NBA Finals (à l’Est du moins), il va avoir besoin d’aide pour naviguer dans les eaux mouvementées de la conférence Ouest où se trouvent les quatre derniers lauréats du titre de MVP (Durant, Curry, Westbrook, et Harden). Pour le moment, les Lakers se sont attachés les services de Lance Stephenson (oui, c’est très drôle) et JaVale McGee pour la saison à venir.

Ils viennent également de re-signer Kentavious Caldwell-Pope pour 12 millions de $, lui aussi sur un an. Autant le dire tout de suite, ces trois premières recrues n’incitent pas à un enthousiasme débordant. Lance Stephenson est un peu un «JR Smith Bis», et McGee est lui aussi réputé pour ses égarements sur le terrain. Les Lakers vont devoir hausser leur niveau de jeu sur le recrutement.

Et ce n'est pas la signature de Rajon Rondo (1 an/9 millions $), qui n'est pas réputé pour son adresse aux tirs, qui va arranger les choses du côté de Los Angeles.

Quelles autres stars avec LeBron ?

La nouvelle annonçant le retour de Paul George au Thunder avec un contrat de quatre ans (137 millions de $) est peut-être la plus surprenante de cette free agency, du moins pour le moment. Tout le monde pensait qu’il serait le premier à se précipiter dans les bras des Lakers. Bah non. Il a choisi de retenter sa chance avec Russell Westbrook et le Thunder.

Aux Spurs, Kawhi Leonard a clairement, et à plusieurs reprises, exprimé son irrépressible envie de rejoindre les Lakers. Mais la franchise texane serait trop gourmande dans ses demandes de transfert : ils voudraient Brandon Ingram, Kyle Kuzma, Josh Hart, deux futur 1er tour de draft, et organiser un «sign & trade» avec Julius Randle pour faire corresponde les salaires. Résultat des courses, les Lakers songeraient à attendre une année supplémentaire (et c’est pourquoi les contrats signés actuellement avec les autres joueurs ne sont que pour un an), ce qui éviterait de se séparer des jeunes talents et des picks de draft. Mais la décision de Paul George montre que cela comporte un risque. Une seule chose semble certaine, c’est que le cas «Kawhi Leonard» devrait connaître son épilogue dans les prochains jours (sauf si les Spurs décident de jouer la montre, ce qui serait étonnant).

Un pari risqué avec DeMarcus Cousins ?

Paul George ne viendra pas. Kawhi Leonard attendra, peut-être, une année. Et si les Lakers signaient DeMarcus Cousins ? Victime d’une déchirure du tendon d’Achille en janvier dernier (son retour sur les parquets n’est pas prévu avant fin janvier 2019), l’actuel pivot des Pelicans aurait reçu un coup de fil des dirigeants du club de Los Angeles et pourrait les rencontrer prochainement.

Recruter DeMarcus Cousins serait un énorme risque pour les Lakers. Les joueurs ayant souffert de la même blessure par le passé ont toujours bataillé pour retrouver un niveau de jeu proche de celui qui était le leur, sans jamais vraiment y parvenir. Et puis Cousins est aussi réputé pour ses sautes d’humeur, sur et en dehors des terrains, sa vilaine tendance à perdre des ballons et à ne pas assurer le repli en défense, et à mettre une sale ambiance dans le vestiaire. Pas sûr qu’il soit la solution pour L.A.

Mise à jour : DeMarcus Cousins vient de signer un contrat de un an (5,3 millions $) avec les Warriors. Oups !

Hello Melo ?

Carmelo Anthony et son contrat en or massif ne devrait pas rester longtemps à OKC. Le Thunder n’aurait aucune intention de payer ce qui serait la taxe le plus élevée de l’histoire de la NBA à cause du contrat faisandé de l’ailier (27.928.140 $ la saison prochaine) qui les place largement au-delà de la limite salariale. Certains affirment que, si Paul George a accepté de signer, c’est que Carmelo Anthony est sur le départ (enfin, ils vont lui demander gentiment de partir plutôt). Son contrat pourrait être racheté par OKC, ce qui leur éviterait de payer une taxe de 91 millions de dollars l’an prochain, ou être étalé sur les trois prochaines saisons pour diminuer l'impact sur la masse salariale du club.

Quoiqu’il en soit, une fois libre, Carmelo Anthony pourrait poser ses valises, soit à Houston (où il pourra remplacer Ariza dans le cinq majeur), soit aux Lakers, pour jouer avec son pote LeBron James. Cette dernière option pourrait largement plaire à Carmelo Anthony. Mais dans les faits, étant donné sa faiblesse défensive et son manque évident d’efficacité en attaque, les Lakers feraient bien d’y réfléchir à deux fois avant de prendre une telle décision.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles