NBA : Pourquoi Kawhi Leonard devrait mettre le cap à l’Est ?

Une seule chose est sûre avec Kawhi Leonard : il veut quitter les Spurs.[ANDY LYONS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

LeBron James a quitté la conférence Est pour signer avec les Lakers, le club pour lequel Kawhi Leonard rêve de jouer. Mais au lieu de forcer un échange pour rejoindre le «King» à L.A., Kawhi Leonard ferait mieux de partir à l’Est.

Les Spurs de San Antonio se retrouvent dans une situation particulièrement inconfortable. Kawhi Leonard, leur meilleur joueur, ne veut plus porter le maillot du club (et ce pour plusieurs raisons), et souhaite être transféré aux Lakers. Probablement la pire franchise aux yeux de Gregg Popovich qui, en 2008, avait crié au scandale à la suite de l’échange qui avait permis à Los Angeles de récupérer Pau Gasol contre un trio de joueurs sans importance, son frère Marc Gasol qui n’avait pas joué une seconde en NBA, et deux futurs picks de Draft.

Il n’est donc pas étonnant d’apprendre que les négociations entre San Antonio et Los Angeles sont très compliquées. Les Spurs veulent récupérer Brandon Ingram, Kyle Kuzma, Josh Hart, et au moins de futurs picks de Draft. Et peut-être même Julius Randle dans un «sign & trade» pour que les salaires concordent. Un prix que les Lakers hésitent à payer puisqu’ils peuvent simplement attendre l’an prochain pour le signer en tant qu’agent libre. Et ce même si l’exemple de Paul George vient de montrer les limites de cette stratégie.  

Ne vous y trompez pas. Les Spurs préfèreraient mille fois échanger Kawhi Leonard vers la conférence Est. Mais tant que l’ailier ne donnera pas un minimum de garantie sur la possibilité de re-signer dans le club où il sera transféré, aucune franchise ne risquera d’hypothéquer son avenir pour une année de «location». Pourtant, Kawhi Leonard aurait tout intérêt à partir sur la côte Est. LeBron James n’y est plus, et les deux équipes susceptibles d’avoir les pièces qui intéressent les Spurs – les Sixers et les Celtics – possèdent un avenir très prometteur. Pour lui, ce serait la possibilité de jouer les NBA Finals quasiment chaque saison, et d’évoluer avec des coéquipiers qui ont pour eux le talent et la jeunesse.

Le choix des Sixers de Philadelphie

L’échange : Kawhi Leonard contre Dario Saric, Robert Covington, et deux futurs picks de Draft.

Kawhi Leonard ne serait pas trop dépaysé à Philadelphie, à part pour ce qui est de la météo. Il y retrouverait Brett Brown, qui a longtemps été l’assistant coach de Gregg Popovich aux Spurs. Le jeu qu’il propose n’est pas trop éloigné de celui pratiqué à San Antonio. Et il serait bien entouré, avec Joel Embiid, Ben Simmons et éventuellement Markelle Fultz (quel énigme ce joueur). Les Sixers deviendraient immédiatement un des favoris à l’Est avec une défense de fer, et un jeu axé sur le collectif. Autre détail capable de faire la différence : le spécialiste qui a traité la blessure de Kawhi Leonard – le docteur Jonathan Glashow – est également le médecin de l’équipe. Selon le journaliste Jabari Young, Kawhi Leonard n’exclurait pas la possibilité de rester aux Sixers s’il était transférer là-bas.

Ce transfert représenterait un énorme risque pour Philadelphie et leur mantra #TrustTheProcess. Mais si cela permet aux Sixers de dominer la conférence Est la saison prochaine, et d’atteindre éventuellement les NBA Finals, ce pourrait être la meilleure décision, pour le club et pour Leonard.

Le choix des Celtics de Boston

L’échange : Kawhi Leonard et Patty Mills en échange de Gordon Hayward, Terry Rozier, et un ou deux picks de Draft.

Les Celtics possèdent toutes les options que les Spurs recherchent. Des jeunes talents et des picks de Draft aussi juteux qu’une pastèque en été. Mais Boston a déjà précisé que ni Jaylen Brown, ni Jayson Tatum, ne seraient disponibles (logiquement, mais ce serait mal connaître Danny Ainge que de croire cela à 100%). Dans un souci de concordances des contrats, les Celtics seraient obligés de sacrifier soit Gordon Hayward, soit Kyrie Irving. Et Hayward, qui comme Kawhi Leonard revient de blessure, est le choix le plus logique en raison du nombre d’ailiers dans l’effectif.

Kawhi Leonard se retrouverait à jouer dans un club historique (et le rival historique des Lakers ironiquement) dirigé par le meilleur coach de la ligue après Gregg Popovich, Brad Stevens. Avec l’ailier, Boston serait de loin l’immense favori pour représenter la conférence Est dans les NBA Finals (si les conférences existent encore) dans les années à venir. Pendant que LeBron James se fatiguera à batailler face aux Warriors et aux Rockets, Kawhi Leonard pourrait dominer la conférence Est aux côtés de Kyrie Irving, Jaylen Brown et Jayson Tatum. Une vision qui ferait saliver n’importe quel joueur.

Mais selon les récentes rumeurs, la volonté affirmée de Kawhi Leonard de jouer aux Lakers a largement refroidi les dirigeants de Boston qui ne souhaitent pas mettre en péril leur avenir pour un joueur indécis. Et ils ont amplement raison.

Le choix contre les Lakers

Ceci n’est pas une critique gratuite des Lakers, ou du désir apparemment non-négociable de Leonard de rejoindre les Lakers, mais s’il venait à jouer là-bas, plusieurs questions se poseraient au joueur. Lui qui est de nature si posée, et si calme, supportera-t-il le cirque médiatique autour de LeBron James, et les tweets subliminaux de ce dernier quand il estimera que Leonard ne fait pas ce qu’il faut ? (Demandez à Kevin Love ce qu’il en pense). Quelle sera sa réaction quand Lavar Ball affirmera que son fils est meilleur que Kawhi Leonard et que ce dernier est largement surcoté en défense ? Sera-t-il à l’aise avec les 123.524 demandes d’interviews quotidiennes maintenant qu’il joue à L.A. ? Et quand sa famille et ses amis lui demanderont sans cesse des places pour les matches au Staples Center, si possible près de Jack Nicholson ? Etc.

Défenseur hors-pairs, et excellent tireur à trois points après une passe, Kawhi Leonard possède un jeu en parfaite adéquation avec celui de LeBron James (ne pas oublier que LeBron James a 33 ans). Et leur association éventuelle aux Lakers pourraient faire des étincelles pour les trois ou quatre saisons à venir (en fonction de la date d'une éventuelle union), et faire de Los Angeles un prétendant crédible au titre NBA. Mais sur le long terme, Kawhi Leonard ferait peut-être mieux de partir à l’Est, et de dominer la ligue depuis l'autre rive.

 
 

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles