Les 5 choses que vous ne saviez pas sur Kylian Mbappé

Kylian Mbappé aurait pu être formé à Lens ou à Caen. [Icon Sport]

Depuis sa prestation remarquable face à l’Argentine, le monde entier connaît Kylian Mbappé. Pourtant, certains aspects de son début de carrière restent méconnus des fans de football.

ZIDANE S’INTÉRESSAIT À LUI ALORS QU’IL N’AVAIT QUE 14 ANS

C’est son père, Wilfrid Mbappé, qui a raconté cette anecdote au journal Le Parisien. «Un jour, j’ai décroché mon téléphone, et c’était le responsable du recrutement du Real Madrid qui invitait Kylian en stage pour une semaine». Une opportunité en or pour le jeune homme qui, une fois arrivée dans les infrastructures du légendaire club Merengue, découvre qu’il est attendu par un certain … Zinedine Zidane. Fan du Real depuis toujours, Kylian est évidemment ravi de cette expérience, mais ne donnera pas suite aux propositions du club madrilène. «Le Real voulait Kylian mais on avait moins de repères là-bas», explique Wilfrid Mbappé. Kylian signera à l’AS Monaco quelques mois plus tard.

Il aurait pu être formé à Caen, ou à Lens

Très jeune, Kylian Mbappé était courtisé par de nombreux clubs. Alors qu’il était pensionnaire de l’INF Clairefontaine, deux clubs se montrent particulièrement intéressés à l’idée de l’intégrer à leur centre de formation : le RC Lens, et le Stade Malherbe de Caen. Alors que Lens paraît mieux placé dans un premier temps, la relégation du club Sang et Or en deuxième division le pousse à choisir Caen. Il signe même un accord de principe avec le club normand, mais la Fédération française de football refuse sa licence. À l’époque le règlement de la Fédération interdit à un joueur aussi jeune de signer une licence avec un club situé à plus de cinquante kilomètres. Il rejoint finalement le centre de formation de l’AS Monaco, à l’âge de 15 ans.

Son père est également le tuteur d’un autre footballeur professionnel

Wilfried Mbappe, le père de Kylian, est devenu le tuteur légal du footballeur franco-congolais Jirès Kembo Ekoko. Ce dernier, arrivé en France à l’âge de six ans, est d’abord élevé par son oncle. Recruté par le club de Bondy à l’âge de 11 ans, le jeune Jirès est alors entraîné par Wilfrid Mbappé, qui va finalement s’occuper de lui et devenir son tuteur légal, sans pour autant l’adopter. Dans une interview accordée à SoFoot, Jirès Kembo Ekoko revient sur cette relation avec un homme qu’il appelle «mon père». «Ça s'est fait de manière naturelle. Ça a été mon premier coach quand je suis allé m'inscrire au foot, et le reste s'est fait à l'instinct. C'est difficile à expliquer en fait, c'est comme si cette personne m'avait toujours été destinée. Il a représenté l'image paternelle que je n'avais pas eue», raconte ainsi Jirès.

Le PSG avait tenté de le faire signer deux fois avant qu’il passe professionnel

Mbappé a grandi et a été formé en région parisienne, à Bondy. Une situation qui ne garantit pourtant pas d’être formé dans le plus grand club de la région, en témoigne les très nombreux jeunes de banlieue parisienne qui sont partis faire leurs classes ailleurs. Le PSG n’était pourtant passé à côté du talent du jeune homme puisque les émissaires du club de la capitale ont tenté de le recruter dès ses 9 ans. Kylian, se sentant à l’aise dans son club de Bondy, n’avait alors pas donné suite à la proposition. En 2013, alors que le Paris Saint-Germain est passé entre les mains du Qatar, le club retente sa chance, en vain. «Le projet de Monaco me correspondait davantage», déclarera Mbappé quelques années plus tard.

Il a hérité de surnoms peu flatteurs

Kylian Mbappé a hérité de nombreux surnoms au cours de sa (courte) carrière. Ainsi, à l’INF Clairefontaine, le jeune attaquant, qui faisait plus jeune que son âge, était surnommé «Mbébé» par ses coéquipiers. Arrivé à Monaco, et passé professionnel dès ses 17 ans, preuve de sa grande précocité, c’est encore sur sa jeunesse que ses coéquipiers mettent l’accent en le surnommant «Razmoket», du nom d’un dessin animé mettant en scène des bébés. Sur les réseaux sociaux, au moment de sa signature au PSG, Mbappé a hérité d’un dernier surnom, «la grenouille de Bondy».

Depuis son raid victorieux contre l’Argentine, le jeune attaquant est également surnommé «37», par ses coéquipiers en équipe de France, soit la vitesse à laquelle il a été chronométré sur cette action qui a fait le tour du monde.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles