Gaël Monfils-Kevin Anderson en 8e de finale de Wimbledon : à quelle heure et sur quelle chaîne ?

Gaël Monfils est en deuxième semaine à Wimbledon pour la première fois de sa carrière. Gaël Monfils est en deuxième semaine à Wimbledon pour la première fois de sa carrière.[PA Images / Icon Sport]

C’est une grande première pour Gaël Monfils. Le Français va disputer, ce lundi 9 juillet, son premier 8e de finale à Wimbledon, où il sera opposé au Sud-Africain Kevin Anderson. La rencontre est à suivre en direct pas avant 15h30 sur beIN SPORTS 3.

Gaël Monfils et le gazon n’ont jamais fait bon ménage. Au cours de sa carrière, le Français ne s’était jamais hissé en deuxième semaine à Wimbledon, alors qu’il a remporté le tournoi juniors en 2004, avec pas moins de six éliminations au 3e tour.

C’est désormais chose faite pour le Parisien de 31 ans, qui a brillamment écarté Sam Querrey, 13e mondial et demi-finaliste l'an passé, pour enfin goûter aux 8es de finale du Grand Chelem londonien. «Je suis très heureux. Cela faisait longtemps que j’attendais cela», s’est-il félicité.

Et Monfils, retombé au 44e rang mondial, va aborder ce rendez-vous face à Kevin Anderson en toute confiance. «Je bouge mieux. Je sens que j’arrive à taper des coups avec des appuis beaucoup plus forts. Je sens que je peux plus me livrer, a-t-il confié. Ces derniers temps, je me sens bien mais pas que dans le tennis. Je me sens bien aussi personnellement.» Et ça se voit tant il parait donner la pleine mesure de son tennis comme rarement ces dernières années.

Mais il n’est pas question de relâcher la pression pour le Parisien, qui a un sérieux coup à jouer pour rallier les quarts de finale. Kevin Anderson est un adversaire qui lui réussit plutôt bien, même très bien, puisque Monfils n’a perdu qu’un set en cinq confrontations. Mais il s’agira de leur premier duel en Grand Chelem et sur gazon. De quoi attiser la méfiance de «La Monf’» vis-à-vis du finaliste de l’US Open au service toujours très redouté. «C’est un adversaire coriace, encore plus sur herbe.

Aujourd’hui, il est plus constant qu’avant, plus solide, il ne connaît plus les hauts et les bas», a-t-il expliqué. Mais il a peut-être la clé pour contrarier le grand Sud-Africain. «C’est le genre de joueur qui n’apprécie pas vraiment les longs échanges, a indiqué Monfils. Il veut abréger les points surtout contre les joueurs comme moi.» Il sait donc ce qu’il lui reste à faire pour que Wimbledon ne soit plus le dernier tournoi du Grand Chelem, où il n’a pas encore atteint les quarts de finale.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles