Ligue des nations : la France et l'Allemagne dos à dos (0-0)

Kylian Mbappé et les Bleus ont obtenu un bon nul en Allemagne. Kylian Mbappé et les Bleus ont obtenu un bon nul en Allemagne.[Odd ANDERSEN / AFP]

Les lendemains de fête sont toujours difficiles. Encore plus après un titre de champion du monde. Pour sa rentrée, moins de deux mois après son sacre, l’équipe de France, qui étrennait sa deuxième étoile, en encore fait l’expérience, ce jeudi soir, en Allemagne dans le cadre de la nouvelle Ligue des nations (0-0).

Comme les cinq dernières équipes championnes du monde, les Bleus ne sont pas parvenus à s’imposer pour son premier match post-titre. Didier Deschamps avait pourtant décidé d’aligner la même équipe de départ que lors de la finale de la Coupe du monde face à la Croatie, à l’exception d’Hugo Lloris remplacé par Alphonse Areola, qui a honoré sa première sélection dans la cage française. Un baptême du feu parfaitement réussi par le portier du PSG, décisif à plusieurs reprises sur sa ligne empêchant même les Tricolores de s’incliner dans cette rencontre qui a mis du temps à s’emballer.

Face à leurs prédécesseurs, les Bleus ont appliqué la recette qui a fait leur succès en Russie basé sur la solidité défensive tout en laissant volontairement la possession du ballon pour mieux évoluer en contre, même s’il a fallu attendre une bonne demi-heure pour les voir aux abords de la surface allemande. Revenus avec de meilleurs intentions en deuxième période, ils ne sont jamais à être parvenus aussi efficaces et réalistes que cet été avant de baisser de pied physiquement dans les vingt dernières minutes.

«On avait pour objectif de gagner. Mais faire match nul en Allemagne, qui sortait d’un traumatisme en Coupe du monde, c’est un bon résultat, a concédé Didier Deschamps à l’issue de la rencontre. On va maintenant bien récupérer, car on remet ça dans trois jours au Stade de France.» Les champions du monde y retrouveront les Pays-Bas et surtout leurs supporters pour célébrer et communier autour de cette deuxième étoile. Et peu importe le résultat, la fête ne pourra être que belle.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles