L'Europe remporte la 42e Ryder Cup

L’Europe de Tommy Fleetwood et Francesco Molinari ont remporté la 42e édition de la Ryder Cup. L’Europe de Tommy Fleetwood et Francesco Molinari ont remporté la 42e édition de la Ryder Cup.[Dave Winter/Icon Sport]

L'Italien Francesco Molinari a offert à l'Europe, ce dimanche, la 42e édition de la Ryder Cup, disputée sur le Golf National de Saint-Quentin-en-Yvelines. Les Européens ont largement dominé les Etats-Unis (17,5/10,5), qui ne se sont plus imposés sur le Vieux Continent depuis 1993.

PL’Europe reste souveraine sur ses terres. L’équipe du capitaine Thomas Bjorn a confirmé, hier, l’invincibilité européenne sur le Vieux Continent, où les Etats-Unis n’ont plus triomphé depuis 25 ans, avec un 6e sacre consécutif à domicile en Ryder Cup, organisé pour la première fois en France. Et comme un symbole, le point de la victoire a été apporté par Francesco Molinari, irrésistible tout au long du week-end sur le parcours de l’Albatros du Golf national de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Vainqueur de l’Open Britannique cet été, l’Italien a été l’un des héros de cette 42e édition, avec son compère et rookie anglais Tommy Fleetwood, avec cinq victoires en autant de parties. Une performance qu’aucun joueur européen n’avait encore réalisé. «Ce n’est pas une victoire individuelle, mais une victoire d’équipe. Il y avait beaucoup de cœur dans cette équipe», s’est réjoui Molinari tout à sa joie après avoir été porté en triomphe.

La faillite de tiger woods

Une équipe où chacun des douze membres ont apporté au moins un point. A l’image de l’Espagnol Sergio Garcia, dont la présence avait été remise en cause. Mais l’Espagnol a fait taire toutes critiques avec trois points apportés qui font de lui le joueur européen ayant marqué le plus de points en Ryder Cup devant le légendaire Nick Faldo. «Je ne pleure pas normalement, mais je n’ai pas pu me retenir. Quelle semaine», a confié Garcia, couronné pour la 6e fois en neuf participations.

De leur côté, les Américains ont globalement déçu. Présentés comme les favoris, ils n’ont quasiment jamais été en mesure d’inquiéter leurs adversaires malgré un bon départ vendredi matin et un léger sursaut, hier, en revenant à seulement un point. Cet échec a été incarné par la faillite d’un Tiger Woods en souffrance.

Alors qu’il avait débarqué dans l’Hexagone auréolé de sa victoire au Tour Championship, le «Tigre» n’a pas tenu son rang en ne remportant aucun de ses quatre matchs. «Je suis l’un des facteurs ayant contribué à notre défaite, a-t-il reconnu. C’est frustrant parce que lorsque nous sommes venus ici, je pensais que nous jouions tous assez bien, et je n’ai pas performé au niveau que j’avais il y a peu.» Peut-être aura-t-il l’occasion de prendre sa revanche avec «Team USA» dans deux ans dans le Wisconsin.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles