Ce que l'on sait concernant l'accusation de viol contre Cristiano Ronaldo

Une femme américaine accuse le footballeur portugais de l'avoir violée en 2009, lors de l'un de ces séjours à Las Vegas. Une affaire prise au sérieux, notamment par les sponsors du quintuple Ballon d'or. 

Une histoire qui remonterait à 2009

La plaignante affirme que la scène s'est déroulée dans le Palms Hotel de Las Vegas, le 13 juin 2009. Avec une amie, elle rencontre le footballeur qui les convie dans sa suite pour la soirée. Celui-ci propose à Kathryn Mayorga, 34 ans aujourd'hui, de rejoindre le groupe installé dans le jacuzzi. Comme elle n'a pas de maillot, il lui propose un short et un t-shirt, avant de la conduire à la salle de bains pour qu'elle se change.

C'est à ce moment que les choses ont dégénéré, selon la jeune femme. Il aurait fait irruption dans la pièce au moment où elle se changeait. Sexe apparent, Cristiano Ronaldo lui aurait demandé une fellation. Elle refuse et sort de la salle de bain. Le footballeur la suit et la pousse sur un lit, d'après le témoignage de la femme. Il l'aurait sodomisée alors qu'elle refusait catégoriquement. 

un accord secret entre les deux parties ?

Lors de son dépôt de plainte, Kathryn Mayorga a expliqué qu'après cet épisode, une «médiation privée» a été mise en place entre elle et le footballeur portugais. Un versement de 375.000 dollars au profit de la jeune femme aurait été scellé, contre un silence absolu et l'abandon des procédures.

Elle avait été entendue à l'époque mais n'avait pas voulu donner le nom de l'agresseur présumé. Ses avocats estiment aujourd'hui que cette accord est caduque, en raison de l'état psychologique de leur cliente et des pressions exercées. Kathryn Mayorga souhaite désormais «obtenir justice» et «empêcher que cela arrive à d'autres femmes». 

Comment a réagi Cristiano Ronaldo ?

Il s'est exprimé par deux fois, sur les réseaux sociaux. D'abord sur Instagram, le mardi 2 octobre. dDans une vidéo diffusée en direct, le joueur de la Juventus Turin a affirmé que c'était une «fake news», tout en expliquant que ces gens «veulent se faire de la publicité sur mon nom. Ils veulent devenir célèbre». Puis le lendemain, sur Twitter, de manière beaucoup plus formelle. «Le viol est un crime abominable qui va à l'encontre de tout ce que je suis et de ce en quoi je crois». Cristiano Ronaldo s'est dit «serein», avec «la conscience claire». 

Quelles conséquences ?

Ces accusations ont une incidence au sein-même de son nouveau club italien, la Juventus Turin. Le club a perdu près de 10% à la Bourse de Milan, vendredi. La Juve a publiquement affiché son soutien sur Twitter. «Cristiano Ronaldo a prouvé de ces derniers mois son grand professionnalisme et son dévouement. Les événements qui ont prétenduement eu lieu il y a dix ans ne changent pas cette opinion, partagée par tous ceux qui ont évolué au contact de ce grand champion».

Un message vertement critiqué par certains internautes. Sur le plan sportif, son coach, Massimo Allegri a expliqué que le numéro 7 «va bien» et qu'il «est prêt à jouer». 

les sponsors marquent leur distance

Cristiano Ronaldo est l'un des rares sportifs à bénéficier d'un contrat à vie avec Nike, en plus des basketteurs américains LeBron James et Michael Jordan. La firme américaine s'est dite «profondément occupée par ces accusations inquiétantes et continuera de suivre de près la situation». Même son de cloche du côté d'EA Games, la société éditrice du jeu Fifa 19, dont Cristiano Ronaldo est la tête d'affiche. «Nous estimons que les athlètes qui sont porte-étendards et ambassadeurs doivent se comporter d'une manière qui soit en accord avec les valeurs d'EA». L'entreprise a d'ailleurs retiré le Portugais de ses affiches promotionnelles en ligne de manière très discrète. 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles