#NBASundays : Trae Young, le pari risqué des Hawks d’Atlanta

Le meneur des Hawks d'Atlanta, Trae Young, risque de vivre une saison de rookie mouvementée. [Kevin C. Cox / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Chaque semaine, CNEWS propose avec #NBASundays de décrypter le duel du dimanche soir en NBA, accessible en France en prime time sur NBA League Pass et sur beIN Sports.

Le retour de la NBA cette semaine marque la reprise des #NBASundays sur CNEWS. Et la saison commence fort puisque le premier duel de l’année oppose (roulement de tambours) les Atlanta Hawks aux Cleveland Cavaliers. Oui, ce n’est pas forcément le match le plus sexy de la Terre. Mais cet affrontement est bien plus séduisant quand on y regarde de plus près. Et il sera à suivre en direct sur beIN Sports ou sur NBA League Pass à partir de minuit.

La raison est simple. D’un côté, nous avons Atlanta qui, lors de la dernière Draft NBA, a décidé de décliner la possibilité de sélectionner Luka Doncic – une star en devenir selon toute vraisemblance – pour finalement recruter Trae Young dans un échange avec Dallas (au cours duquel ils ont également mis la main sur un futur choix de Draft).

De l’autre, nous avons les champions de la conférence Est en titre, désormais orphelins de LeBron James. Plus personne ne compte sur eux. Plus personne ne s’intéresse à eux. Et pourtant, Cleveland présente un effectif talentueux qui allie jeunesse et expérience. Dormez autant que vous voulez sur les Cavaliers, mais cela ne serait pas étonnant de les voir accrocher une place en playoffs d’ici la fin de la saison. Et pourquoi pas passer un tour.

Ce qu’il faut savoir sur les Hawks d’Atlanta

Il y a encore trois ans de cela, en 2015, Atlanta terminait en tête de la conférence Est avec une saison record à 60 victoires, conclue par une défaite en finale de conférence face... à Cleveland. Seul Kent Bazemore est encore présent pour témoigner de cette période dorée. Les Hawks entament leur deuxième saison en mode «reconstruction totale», cette fois sous les ordres d’un nouveau coach, Lloyd Pierce, qui était un des assistants de Brent Brown sur le banc des Sixers l’an dernier.

Lors de la dernière Draft, le manager général Travis Schlenk – un ancien du front office des Warriors – a lancé une des phases les plus importantes de son plan en prenant une décision susceptible de le hanter toute sa carrière : préférer Trae Young, un artilleur longue distance, à Luka Doncic tout en récupérant un futur choix de Draft dans un échange avec Dallas. Il a également mis les mains sur Kevin Huerter, lui aussi connu pour son adresse redoutable aux tirs, ainsi qu’Omari Spellman, un intérieur qui sait shooter à longue distance. Vous l’aurez compris, Atlanta embrasse totalement l’évolution du jeu tournée vers l’adresse extérieure en compilant des snipers. Mais cela sera-t-il suffisant pour retrouver les sommets de la conférence Est ?

Les Hawks possèdent déjà deux talents de grandes qualité dans leur effectif, l’ailier Taurean Prince, 24 ans, et John Collins, 21 ans. Le premier possède un jeu qui nous fait penser à DeMarre Carroll (ancien ailier d’Atlanta), bon défenseur et pas maladroit aux tirs avec un bon sens du jeu. Le second était secrètement l'un des meilleurs rookies la saison dernière, avec une présence formidable en défense et aux rebonds, et un tir en progression constante.

Mais tout cela ne servira à rien si Trae Young ne confirme pas son potentiel. Selon Kelvin Pelton d’ESPN, Luka Doncic a toutes les chances de devenir une superstar en NBA, soit exactement ce que les Hawks recherchent. Trae Young ? Ce n’est même pas du 50/50. Selon le site fivethirtyeight.com, le meneur a 11,9% de devenir un All-Star, et 23,1% de n’être qu’un simple joueur de rotation. Les questions sur sa défense (imaginez le défendre sur Westbrook une seconde... ouais, ça fait peur) sont légitimes. Durant la présaison, Trae Young nous a offert un condensé de ce qui nous attend cette saison, avec des performances hallucinantes un soir (dont ce shoot au buzzer pour battre les Spurs depuis la moitié du terrain), et une adresse putride aux tirs le match suivant. Adroit aux tirs, excellent dans la distribution du jeu, Trae Young risque de traverser plusieurs fois le désert cette saison, le temps pour lui d’apprendre les rudiments du jeu NBA, à un poste ultra-exigeant où il se retrouvera face à la crème de la ligue. Bon courage à lui !

Ce qu’il faut savoir sur les Cavaliers de Cleveland

Fin septembre, nous avons tous bien rigolé quand Tristan Thompson a déclaré le plus sérieusement du monde que les Cavaliers restaient – jusqu’à preuve du contraire – les champions de la conférence Est, et que Boston et les Sixers ne pouvaient pas (encore) en dire autant. Ok. Pourquoi pas. Il n’a pas tout à fait tort.

Et si l'on se penche un peu plus sur cet effectif, Cleveland possède des joueurs expérimentés – J.R. Smith (arrêtez de rigoler), Thompson, George Hill, Kyle Korver, Kevin Love – et des jeunes talents motivés à l’idée de se faire un nom dans la ligue, notamment Cedi Osman, Rodney Hood (arrêtez de rigoler), Larry Nance Jr., Jordan Clarkson (ok, là vous pouvez rigoler), et leur rookie, Collin Sexton.

Si Cleveland est épargné par les blessures (on pense notamment à Kevin Love, dont l’historique n’incite pas à l’optimisme), il n’y a pas beaucoup de scénarios où cette équipe ne se qualifie pas pour les playoffs à la fin de la saison. L’équilibre entre l’expérience et l’exubérance de la jeunesse laisse croire que les Cavaliers seront probablement très pénibles à jouer cette saison pour les équipes adverses. On a également hâte de voir Kevin Love libre d’évoluer comme bon lui semble sur le terrain.

LeBron James est un joueur formidable, mais l’ancienne star des Wolves a été contraint d’adapter son jeu pour se fondre dans un collectif entièrement orienté pour satisfaire le jeu de James (et à juste titre). Le Kevin Love qui gobait tous les rebonds à Minnesota et terrorisait les défenses avec ses tirs longue distance et ses passes limpides est-il encore là ? On a hâte de le découvrir.

À suivre aussi

Tony Parker, en 2019, avec son deuxième titre de champion de France avec l'ASVEL en tant que président-propriétaire.
Basket A quoi ressemble la nouvelle vie de Tony Parker ?
Tony Parker avec son épouse Axelle Francine et leurs enfants Josh et Liam à San Antonio (Etats-Unis) lors de la cérémonie de retrait du maillot de l'ex-basketteur français, le 11 novembre 2019 [Ronald Cortes / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]
Basket NBA : Tony Parker trône désormais tout là-haut à San Antonio
NBA Le maillot de Tony Parker retiré : en quoi consiste la cérémonie ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles