Loïck Peyron mène sa «barque»

Loïck Peyron occupe la 6e place de la catégorie Rhum Multi. Loïck Peyron occupe la 6e place de la catégorie Rhum Multi.[AFP]

Dans son trimaran jaune Happy dépourvu de toute technologie, Loïck Peyron est passé au travers des soucis et des avaries pour mener, pour l'instant, une course sans encombres avec l'ambition de rallier l'arrivée à Pointe-à-Pitre

C’est un pari un peu fou dans lequel il s’est lancé. Pour le 40e anniversaire de la Route du Rhum, le vainqueur de la dernière édition a pris le départ à la barre d'une réplique de l’Olympus de Mike Birch, qui avait gagné la première édition en 1978, pour rendre hommage aux pionniers de la célèbre course en solitaire.

Et après dix jours en mer, le skipper, qui n’a pas manqué de saluer son successeur Francis Joyon, navigue entre Madère et les Iles Canaries à la 6e place de la catégorie Rhum Multi, où la majorité des navigateurs sont des amateurs contrairement à lui.

Son expérience lui a d’ailleurs permis de faire les bons choix dans une première semaine «un peu longue» pour éviter d’endommager son «petit bouchon jaune» au milieu des grains, des vagues et du vent. «J’ai rarement tiré autant de bord sur une transat, a-t-il confié ce mardi. C’était compliqué à gérer.»

Cet épisode derrière lui, Peyron a retrouvé des conditions plus propices avec un soleil lumineux, une chaleur retrouvée et un vent orienté sur l’arrière des bateaux. «Ça avance enfin, s’est-il réjoui. Je peux exploiter le potentiel de ce petit navire et c’est vraiment agréable.» Mais la route est encore longue jusqu’à Pointe-à-Pitre avec un peu moins de 2.500 miles à parcourir à travers l’Atlantique.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles